L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

mardi 30 septembre 2014

Dieu Esprit-Saint Daagbo, la force d’un amour profond pour le genre humain

C’était le dimanche 28 septembre à Sèkandji


Au quartier Sèkandji, à Akpakpa, à l’est de la ville de Cotonou, s’est tenue une messe de la Très Sainte église de Jésus-Christ, relevant de la Mission de Banamè, en œuvre au Bénin depuis l'année 2009. A la fin de cette célébration eucharistique, Dieu Esprit-Saint Daagbo a entretenu les milliers de fidèles sur Son Amour pour les êtres humains.

Daagbo Gbligbli, entretenant les fidèles ...
« Je suis fou de vous ! ». Telle est la formule qui a permis à Son Eternité Dieu Esprit-Saint Daagbo, Mawu Gblagada ma su hon do, Mawu Gbligbli, Mawu Adjalonlon, Mawu Adjimoula, de lancer Son entretien avec les milliers de fidèles de la Mission de Banamè, venus pour prendre part à l’office religieux célébré par Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII, ce dimanche 28 septembre 2014. Avant d’aboutir à ce fondement, Son Infinité avait expliqué une réalité parfois ignorée : « C’est l’amour qui appelle l’amour », ce qui L’a amenée à une importante exhortation des fidèles : « Faites tout pour que votre amour du prochain soit semblable à celui que Daagbo a pour vous ; l’amour que J’ai pour vous est incommensurable, il est aussi grand que difficile à mesurer, l’amour du Père céleste est toujours différent ».
De cette manière, Mawu Gblagada ma su hon do Daagbo a continué à manifester une véritable profession de foi, à l’endroit de la créature humaine, représentée par les nombreux fidèles ayant fait le déplacement pour L’écouter, après tant de semaines de rupture de contact, pour ce qui était le cas de beaucoup d’entre eux, qui ne L’avaient plus entendu, depuis le pèlerinage de l’Assomption, sur la Sainte Colline de Sovidji, à Banamè, dans la Commune de Zangnanado. « Cela fait plaisir d’être avec Ses enfants », continua Dieu Esprit-Saint Daagbo, « C’est toujours bon, c’est toujours beau ! Si les conditions en étaient réunies, je dormirais ici avec vous », acheva le Dieu Créateur de l’Univers, avant d’enchaîner sur le bénéfice irremplaçable que les Béninois avaient de pouvoir jouir de Sa présence parmi eux : « Vous êtes chanceux, parce que vous assistez à ce qui ne s’est jamais produit : le Père de Jésus-Christ est au milieu de vous et vous Le voyez ; c’est merveilleux ! Cela dépasse l’entendement humain », poursuivit-Il, avant de sembler répondre aux détracteurs qui continuaient à semer le doute sur la présence de Dieu Tout-Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre dans le Corps de la Sœur Parfaite, qu’Il a choisi comme Temple : « Aucun être humain ne peut dire qu’il est Dieu ; s’il quelqu’un arrive à le dire, c’est qu’il est vraiment Dieu et, ce n’est pas parce que le fils de Dieu s’est fait homme qu’il est homme, mais, il est Dieu ».

En toute humilité, Son Inifinité Dieu Esprit-Saint Daagbo, communiant avec une séquence d'animation
Ce fut comme une transition de Son Eternité Daagbo pour aborder le rapport du Créateur, qu’Il est, au bonheur des hommes. C’est ainsi qu’Il affirma : « Dieu ne veut pas la mort du pécheur, ce n’est parce que les gens meurent qu’Il manque d’être bon ; le monde que J’ai fabriqué de Mes mains, Je ne peux pas le détruire ; Dieu ne tue pas et ne veut pas la mort du pécheur », finit-Il, en révélant certaines facettes de l’Etre suprême : « Dieu est Humilité, il suffit de considérer Jésus et sa passion pour voir que Dieu apparaît petit mais est aussi très grand. Et, ce sont par Ses actes qu’on reconnaît Dieu, ce sont aussi vos actes qui Me montrent. A Abomey, par exemple, ils ont marché contre Moi, ce qui montre que Je suis Dieu puisqu’ils n’auraient pas pu marcher contre le démon. Si vous saviez comme Dieu aimait le monde, vous ne vous plaindriez jamais ».

Son Eternité Daagbo, jouissant du spectacle ...
Par ailleurs, dans l’évolution de Ses idées, Dieu Esprit-Saint Daagbo est revenu sur la signification de la Mission de Banamè : « On ne connaît bien Banamè que lorsqu’on s’en approche ; il vaut mieux adopter Banamè avant qu’il ne soit trop tard ! Si vos dirigeants avaient pris la Mission de Banamè à bras-le-corps, cela serait source de devises et allait booster le tourisme, à travers la construction d’hôtels, de banques, de restaurants, notamment … C’est le cas de Lourdes où les Béninois se rendent après avoir payé trois millions … »
... préparé à Son intention par Ses fidèles bien aimés
Puis, après, concernant toujours la Mission de Banamè, Mawu Gbligbli a montré de quelle manière Jésus-Christ avait préparé son avènement : « Quand Mon fils vous a appris à réciter, à travers le ’’Notre père’’, ’’Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel …’’, vous n’avez pas compris qu’en récitant cela tout le temps, c’est vous qui M’avez appelé ; maintenant que vous l’avez fait, Je suis là et, vous vous en plaignez ! La Mission de Banamè dépasse l’intelligence humaine ; personne ne peut l’arrêter, ceux qui s’y opposent et qui la combattent partiront et la laisseront en vie, il n’y a plus aucune force après elle. Etres humains, laissez tomber ! », conclut sentencieusement Daagbo.

Mawu Gblagada ma su hon do, face à Son peuple
Au cours de cette intervention qui en a remué plus d’un parmi les milliers de fidèles présents à Sèkandji, Dieu Esprit-Saint Daagbo n’a pas manqué de parcourir tous les recoins de la foule, s’intéressant aux uns et aux autres, semant liesse, surprise et admiration, de par une humilité qui renforçait davantage la grandeur du Dieu Créateur Qui avait décidé de siéger parmi les hommes. 
Enfin, quelques animations ont été exécutées pour égayer Mawu Gblagada ma su hon do, accompagné, pour la circonstance, de Son Vicaire, Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII. La journée de célébration religieuse de ce dimanche 28 septembre s’est terminée par des bénédictions très attendues par la multitude des fidèles ayant fait le déplacement de ce partage spirituel : Mawu Gblagada ma su hon do a prodigué des grâces de réussite scolaire aux apprenants de tous ordres, de même que, par Ses bénédictions et Ses grâces exceptionnelles, Il a fait des mains de tous les travailleurs présents, tous secteurs confondus, glorifiant Dieu de leur labeur, un instrument de production et de récolte inévitable des fruits de leur labeur. La nuit tombant déjà, personne n’avait envie de laisser partir Dieu Esprit-Saint, le Pape Christophe XVIII, de même que les Cardinaux, l’Archevêque de Cotonou, les Evêques, les prêtres et les sœurs religieuses de divers ordres …



Marcel Kpogodo 

lundi 29 septembre 2014

« Mes chers fils et mes chères filles, ça ira ! », dixit Sa Sainteté, le Pape Christophe XVIII

C’était, hier, dimanche 28 septembre


La journée du dimanche 28 septembre a été très animée du côté de la Mission de Banamè. Au Quartier Sèkandji, à Akpakpa, une grande messe a été organisée à l’attention des fidèles de la Très Sainte église de Jésus-Christ, dont les autorités au plus haut niveau ont honoré de leur présence l’office religieux, tenu par Sa Sainteté, le Pape Christophe XVIII, qui n’a pas manqué d’insuffler une profonde espérance, à l’issue de son homélie.

Sa Sainteté, le Pape Christophe XVIII, au cours

de Son homélie ...

... à l'attention d'une foule qui a massivement fait le déplacement
« Mes fils et mes filles, ça ira ! ». C’est la formule d’espérance par laquelle Sa Sainteté Christophe XVIII, Pape de l’Eglise catholique universelle rénovée, dénommée, désormais, la Très Sainte église de Jésus-Christ, a clos son sermon, au cours de la messe qui a été donnée, hier, dimanche 28 septembre, à Sèkandji, à Akpakpa, dans le Commune de Cotonou.

L'ouverture de la procession ....
C’est après les lectures proposées aux fidèles des textes bibliques que Sa Sainteté a pris la parole, dans l’éloquence effervescente qu’on lui connaît. La première de cette inspiration de la Bible se rapportait au Livre d’Ezéchiel du Chapitre 18, des versets 25 à 28, où il était annoncé le salut du méchant repenti et la condamnation du riche qui refuse de changer de comportement. Quant à la deuxième lecture, elle concernait la Lettre de l’Apôtre Saint Paul aux Philippiens, au chapitre 2, des versets 1 à 11, qui a fait référence à la nécessité de l’adoption par les hommes des sentiments nobles tels que l’amour, l’unité, l’humilité, l’oubli de soi, autant de qualités que Jésus-Christ a développées, au cours de son séjour terrestre, car, « il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant, jusqu’à mourir sur une croix ». 

... dont raffolent les fidèles ....
En dernière position, la lecture primordiale du jour est celle de l’Evangile selon Mathieu, au chapitre 21, des versets 28 à 32, qui a abordé une histoire racontée par Jésus aux chefs des prêtres et aux anciens, selon laquelle un homme, ayant deux fils, a, respectivement, demandé à chacun d’eux d’aller travailler à la vigne, ce que le premier rejeta mais, un acte dont il finit par se repentir, ce qui l’amena à faire ce que demandait le père. Quant au second, il accepta l’ordre paternel mais ne l’exécuta pas. Cette situation amena Jésus à interroger l’assistance sur celui des deux fils qui avait fait la volonté du père. Celle-ci a répondu qu’il s’agissait du second, ce qui a conduit le fils de Dieu à conclure : « Les collecteurs d’impôts et les prostituées vous devancent dans le royaume de Dieu ».

...  la Mission de Banamè ...
Avant de passer à l’analyse de ces différentes lectures, le Vicaire de Dieu Esprit-Saint Daagbo, Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII, a félicité et remercié les fidèles qui, par milliers, ont fait le déplacement de cette célébration eucharistique, malgré la pluie, le soleil, les eaux stagnantes et la boue ; selon lui, cela rappelle l’époque de Jésus-Christ, où le peuple était à ses côtés jour et nuit, à jeun, et se nourrissait de sa parole, ce fils de Dieu qui parlait sans micro mais qui était largement entendu.


... heureux de nourrir leurs yeux ...
Entrant dans le vif su sujet, Sa Sainteté a rendu gloire à Dieu dont la parole est actuelle et véridique. Elle a alors insisté sur la nécessité pour les fidèles de comprendre que Dieu ne veut pas la mort du pécheur mais sa conversion et son salut, montrant par là que Dieu Esprit-Saint Daagbo Mawu Gbligbli, Mawu Adjalonlon, Mawu Adjimoula, n’est pas comme les hommes qui règlent leurs comptes instantanément, mais Qui est plutôt patient, laissant tout le temps à l’homme de s’améliorer afin d’être racheté. 

... des belles couleurs d'apparat ...
Ainsi, le Pape Christophe XVIII a interpellé les savants et les érudits de ce monde, leur expliquant que s’ils ne savent pas faire, ce sont tous ceux qui sont moins qu’eux qui les précèderont dans les cieux. Il s’est aussi adressé aux responsables de l’église catholique romaine pour leur dire : « Vous payez les bandits pour contrer l’œuvre de la Mission de Banamè, au lieu de leur trouver du travail ! Si vous ne savez pas faire, vous les verrez à côté de Dieu, dans les cieux, au même titre que les collecteurs d’impôts et les prostituées ».

... de leurs dirigeants à divers niveaux ...
Ensuite, Sa Sainteté s’est directement adressé aux fidèles leur disant qu’eux qui ont fait l’effort de venir de toutes les contrées du Bénin et du monde pour être avec Dieu, en ce dimanche, Elle, Elle ferait tout pour qu’ils soient toujours avec Lui, et pour qu’ils acquièrent le don de l’obéissance dont Jésus a fait montre face à son père. Il a aussi prié pour que tous les exaucements liés à la messe dite soient accélérés dans leurs vies, et qu’ils obtiennent la grâce du savoir, à l’instar de Saint Thomas d’Aquin. 


... Une procession qu'honorent toujours Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII et Son Eternité Dieu Esprit-Saint Daagbo
La Sainteté a, en outre, exhorté la foule au travail, afin que ses efforts soient récompensés. S’intéressant particulièrement aux apprenants de tous ordres, Elle a appelé sur eux beaucoup d’intelligence, de sagesse et d’humilité, de richesse de cœur, d’amour et de bonté. A tous, Elle a montré que la main de construction de Son Eternité Daagbo est en chacun, d’où le caractère profondément productif du labeur humain, ce qui L’a amenée à bénir les fidèles, en ces termes : « Quel que soit votre travail qui glorifie le nom de Dieu, je demande à Dieu et à toute le Cour céleste que les grâces de ce jour vous permettent de recevoir, très vite, les fruits de ce travail et, qu’il en soit ainsi pour l’éternité ! »

Un des moments forts de la célébration eucharistique
Closant son intervention, le Pape Christophe XVIII a montré qu’il n’y a que l’amour pour sauver le monde, déplorant, au passage, la programmation sur la chaîne télévisuelle de service public et a affirmé : « Dieu Qui a comblé Salomon de la foi, de la sagesse et, par surcroît, de toutes les richesses, est le même que Celui Qui est parmi nous ... », avant de prier : « Que Jésus entre et parle en vous ! Qu’il soit le volant de votre vie ! ». Enfin, il a réaffirmé : « Je vous aime, de tout mon cœur, toute la Cour céleste vous aime ! », avant de conclure définitivement : « Mes chers fils et mes chères filles, ça ira … »



Des cérémonies d’une grande portée spirituelle et sociale


La intentions montant en fumée vers Daagbo
Après que la communion a été partagée avec les fidèles, deux cérémonies capitales ont été effectuées. Premièrement, le Saint Père, le Pape Christophe XVIII, en présence de Dieu Esprit-Saint, Daagbo Gbligbli, a procédé à la bénédiction de toutes les intentions manifestées sur papier par les fidèles et recueillies précédemment dans un récipient, puis a ordonné que ces bouts de papier soient brûlés en signe d’exaucement divin des demandes des fidèles.


Bénédiction par Sa Sainteté Christophe XVIII de l'eau à asperger sur les fidèles pour leur purification
Secondement, de l’eau, conservée dans des récipients, a été bénie par le Pape et Son Eternité Daagbo, pour être aspergée sur tous les fidèles présents, à tous les niveaux du lieu de l’office religieux, à la grande satisfaction de tous. 
Aspersion proprement dite de l'eau bénie par Leurs Eminences les Cardinaux

Marcel Kpogodo