L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

vendredi 24 février 2017

« Sabbat Nazaire ne maîtrise pas ce qui se passe à Banamè », dixit Kim Azas

Dans le cadre d’une interview qu’il a bien voulu nous accorder


Kim Azas est une star béninoise du reggae qui, bien que vivant en Allemagne, suit de près l’actualité au Bénin. Fidèle de la Très sainte église de Jésus-Christ relevant de la Mission de Banamè, il adresse une mise au point à l’artiste Sabbat Nazaire qui a toujours critiqué cette confession religieuse. Kim Azas n’oublie pas de lever un coin de voile sur son nouvel album, ’’Fifa’’.

Kim Azas
Journal Le Mutateur : Bonjour Kim Azas. Vous êtes un artiste reggaeman béninois très connu qui, depuis quelques années, évolue en Allemagne. Vous avez eu vent des propos de votre confrère et collègue, Sabbat Nazaire, sur la Mission de Banamè et, c’est dans ce contexte que vous avez senti le besoin de réagir. Que vous suggère alors le combat que mène Sabbat Nazaire contre la Mission de Banamè, contre Dieu Esprit-Saint Qui a pris chair ?

Kim Azas : Avant de s’engager dans ce genre de combat, Sabbat Nazaire a dû longuement réfléchir ou il a dû être blessé quelque part. Je ne connais pas les raisons de son comportement. Le rasta prône souvent la paix. Je crois que ce combat n’engage que lui, pour avoir choisi ce camp de critiqueur perpétuel, parce qu’il ne faut pas se réveiller d’un jour à un autre pour dire : « Je combats une idéologie, une religion ou des propos bibliques, quelque part ».
Nous, la chance que nous avons, c’est que nous avons la possibilité d’aller vers la presse, nous avons la possibilité de parler, sur le plan international, pour que les gens nous écoutent. Et, nous éveillons les consciences, nous sommes les leaders des sans-voix ; certains propos ne doivent pas être vraiment des propos qu’on doit tenir, en tant que musiciens, parce que Bob Marley n’a jamais parlé de christianisme céleste ou bien de vaudou, de prendre position par rapport à la religion, il a toujours parlé de choses qu’aujourd’hui, nous retrouvons sur notre route tout le temps. Donc, il a toujours donné des leçons aux gens, il a toujours parlé de tout ce qui se passe dans la vie, mais il n’est jamais entré dans une religion pour dire que telle est fausse et que telle autre n’est pas bonne.
Ce que j’ai écouté de Sabbat Nazaire, c’est comme s’il a le pouvoir de la religion sur les autres, on a l’impression de le voir détenteur de la vérité absolue, et que personne ne doit le contredire. Et, moi, je dis : ce que j’ai écouté de Sabbat Nazaire, il a été très vite en besogne, il n’a pas réfléchi, parce que c’est des milliers de fidèles qui vont à Banamè et, c’est pas des bêtes, c’est des juristes, des professeurs, des policiers, tous ceux qui y vont ont choisi d’adorer leur Dieu Qui est l’esprit incarné en Parfaite, qui est Daagbo. Pour moi, ces fidèles, y compris moi, c’est toute la classe sociale qui va là-bas, et chacun a choisi sa voie.
Notre cité est composée de beaucoup de religions. Si, moi, en tant qu’artiste qui ai la chance de pouvoir parler dans les télés, que je me lève pour dire que telle religion n’est bonne, c’est comme si je suis en train de mettre du feu dans la cité ; je ne trouve pas ça normal. En tant que reggaeman ou en tant que musicien, il faut faire sa musique et on peut y parler de choses, mais pas atteindre la religion des gens, parce que c’est très sensible ; ce côté-là, il ne faut pas aller très vite sur ce plan, parce que c’est des trucs que Sabbat Nazaire ne connaît pas, puisqu’il ne maîtrise pas ce qui se passe à Banamè.
Pour moi, ce qui se passe à Banamè, c’est que c’est Dieu Qui a pris chair. Et, Dieu a pris chair pour ce petit pays qui n’est rien du tout. Si, demain, ce Sabbat Nazaire qui dit que Dieu l’Esprit-Saint est une sirène, et s’il se retrouve devant ce même Dieu Qu’il dit ne jamais voir, et qu’il se révèle que c’est ce Dieu Qui a pris chair au Bénin, qu’est-ce qu’il va faire ? Donc, cela veut dire qu’il va perdre sa crédibilité si tant est qu’il en a … Ce n’est pas bon ; il ne faut pas tout de suite aller vers les religions ; toute personne dans la cité a sa religion et, c’est ça qui forme le Bénin. Donc, comme  on le dit, c’est un pays laïc, chacun est libre de faire sa religion, mais quelqu’un ne va pas se lever pour dire : « Ah là, c’est du démon, ici, c’est la sirène … ». Je trouve que ce n’est pas bien. Si on travaille comme ça ou bien, si on évolue dans ce sens, ça veut dire qu’on est en train de détruire notre propre Bénin que nous tous, nous aimons.



Parlons un peu de votre expérience personnelle de la Mission de Banamè. Comment cette mission s’est-elle révélé à vous, de manière concrète ?

Moi, à l’époque, depuis que je suis né, mon père et ma mère m’ont amené à l’église. Donc, j’étais un catholique fervent. Et, à côté de cela, j’avais des amis qui étaient des adeptes du vodoun, des magiciens, des musulmans, des marabouts, … Ce sont des gens que j’ai rencontrés sur mon chemin de vie et, quelque part, il y a des moments où nous tous, on a déraillé, on est partis vers le vodoun, … Chacun avec son histoire.
Moi, ce que j’ai vu à Banamè, c’est qu’on n’y fait plus de sacrifices, et que j’arrive dans un coin saint, sur une colline sainte, que je prie et que tout ce que je demande, je le reçois. A Banamè, j’ai retrouvé une église où l’amour est partagé entre les fidèles. En cas de persécution occulte, Dieu l’Esprit-Saint nous a appris à nous défendre, à nous protéger. Je trouve que Banamè est dans une simplicité qui dérange, parce que je ne peux pas comprendre qu’un prêtre qui me donne la communion, que ce même prêtre a un pratiquant de vodoun derrière ; je ne peux pas comprendre ça. Ou bien, un prêtre qui me donne la communion est un franc-maçon. Qu’ils nous disent que l’église catholique est franc-maçon, je serai prêt, je vais m’adapter. Je vais me dire : « Bon, ok, on est francs-maçons … » et, ça passe quoi ! Il ne faut pas mélanger les choses et, c’est ça que j’ai vu de ce qui se passe dans mon église. Je trouve que la Mission de Banamè interdit tout ça là ; elle dit quoi ? « Aimez-vous les uns les autres, ne pratiquez plus tout ce qui ne conjugue pas Jésus-Christ, le fils bien-aimé de Dieu Qu’il a envoyé ici, ce même fils qui était venu et qu’on a tué ; on ne l’a jamais cru. Donc, si son père est arrivé aujourd’hui, n’allez pas très vite en besogne, attendez et dites une chose : « On ne sait pas ce qui se passe là-bas ».
Je connais des amis qui sont des intellectuels, et qui ont entendu parler de Banamè mais qui se sont tus. Je connais des artistes comme Stan Tohon, comme Danialou, comme Nel Oliver, qui ne sont jamais partis à la télé pour parler de quoi que ce soit, parce qu’ils sont chacun, dans leur coin, font leur musique pour plaire au peuple.
Moi, avec mon expérience, je n’ai pas peur de le dire : je sais que c’est Dieu Qui a pris chair et je me sens à l’aise quand je vais à Banamè. Que les gens aiment ma musique ou qu’ils ne l’aiment pas parce que je vais à Banamè, rien ne me dérange ; ma musique se vend ailleurs et, je ne me plains pas.



Pouvons-nous connaître votre dernier album qui est intitulé ’’Fifa’’ ?

’’Fifa’’ veut dire ’’La paix’’. Pourquoi ’’Fifa’’ ? Parce que j’ai vu que nous traversons une période où on a eu un nouveau Président qui est sur une démarche de faire changer les choses ; des choses qu’on vivait à une certaine époque, il a envie de les faire changer. C’est pour cela que je me suis dit qu’il fallait que j’écrive une chanson qui parle de la paix dans mon pays et qui dit : « Soyons ensemble avec le Gouvernement pour que les choses puissent aller de l’avant ». Dans cette chanson, je chante ’’fifa’’, la paix pour mon pays. Les élections sont finies et, la main dans la main, nous allons conduire le Bénin vers un avenir meilleur.



Vous aviez l’impression que le Bénin n’était plus en paix, vous qui vivez en Allemagne ?

Oui, parce qu’à l’époque, j’ai senti que ce n’était pas ce que je voulais ; cela avait très bien commencé, j’avais même écrit une chanson pour Yayi Boni ... Donc, avec le temps, j’ai constaté que mes frères et mes sœurs n’étaient plus en sécurité et, les choses n’allaient pas comme on le voulait, tout le monde se plaignait, dans ce pays ; on l’a suivi sur le net. Je savais qu’il y avait une instabilité qui est en train de se résorber ; je vois qu’il y a un grand changement dans le pays et que les choses vont d’une autre manière. Je suis sûr que, d’ici peu de temps, le Bénin va changer. J’y crois beaucoup.



’’Fifa’’ comporte combien de titres ?

’’Fifa’’ comporte six titres dont deux chansons en anglais, qui touchent un peu le Nigeria ; les quatre autres chansons sont, notamment, en fon : ’’Fifa’’, ’’Gbèto’’. Il faut écouter l’album pour les apprécier.



Avez-vous, sur cet album, une chanson dédiée à la Mission de Banamè ?

Bien sûr. ’’Gbèto’’ parle un peu de comment on est, nous, hommes et, dans la deuxième partie de la chanson, j’évoque la manière dont le monde est en train de changer, dont la lumière est venue dans notre pays et qu’un jour, elle va l’éclairer et que les choses vont changer d’une autre manière. Donc, je ne parle pas directement de Banamè, mais d’une lumière.



Où pouvons-nous trouver cet album, aujourd’hui ?

J’ai laissé cet album aux Etablissements ’’Bon berger’’, sis quartier Ganhi, hangar n°21, en face de la Société ’’Delmas’’. Le contact de cette boutique, c’est le 97162794.



Avez-vous des vœux pour la population béninoise, en général, et pour les fidèles de Banamè, en particulier ?

Pour les frères du Bénin, j’envoie toujours un message de ’’One love’’ ; nous, en tant que rastas, c’est dans ça qu’on est, on prône l’amour ; je demande à tous les Béninois de se solidifier, en ce moment très dur qui les dérange un peu, là où on casse les choses ; on est en train d’arranger le pays, il est vraiment en chantier et, il ne faudrait pas qu’à travers ces moments-là, on se sépare. La main dans la main, on peut conduire ce Bénin ; qu’ils aient du courage et qu’ils aient confiance au nouveau Gouvernement et, tout ira bien.
Pour les fidèles de Banamè, qui sont mes frères spirituels, je leur dis d’avoir toujours du courage et de prôner l’amour, pour que, même si on les embête, même si on les regarde d’un mauvais œil, qu’ils aient du courage et qu’ils donnent de l’amour à tous ceux qui auront, envers eux, ces mauvais comportements.

  

Propos recueillis par Marcel Kpogodo

jeudi 9 février 2017

Les mises au point de Dieu Esprit-Saint Daagbo

Messe d’action de grâces à la Mission de Banamè
(Son Eternité Daagbo a présenté Ses condoléances aux familles éplorées à la suite de la cérémonie de purification)


Le samedi 4 février 2017 s’est déroulée à Sèkandji, à l’est de Cotonou, une grande messe d’action de grâces à laquelle ont participé des dizaines de milliers de fidèles de la Très sainte église de Jésus-Christ, relevant de la Mission de Banamè. Cet office religieux a été dirigé par le Pape Christophe XVIII, et a connu la présence effective de Dieu Esprit-Saint Daagbo, le Créateur du ciel et de la terre. En marge de cette manifestation, Son Eternité Daagbo a tenu un enseignement qui lui a permis de remettre les pendules à l’heure concernant plusieurs questions faisant l’objet d’intoxication. Il n’a pas manqué, entre autres, de présenter Ses condoléances aux familles des disparus enregistrés à l’issue de la cérémonie de purification de la nuit du vendredi 27 au samedi 28 janvier 2017.
Dieu Esprit-Saint, au cours de Son enseignement
« Les portes des cieux sont ouvertes et vous détenez le passeport du Royaume des cieux ! ». Ainsi s’est exclamé Dieu Esprit-Saint Daagbo, en débutant Son enseignement, à l’issue de la messe d’action de grâces, qui s’est déroulée le samedi 4 février dernier, à Sèkandji, dans le cadre de la victoire massive des fidèles de la Très sainte église de Jésus-Christ, à la cérémonie de l’examen blanc, avec un pourcentage de 84%.
Consécutivement à cette annonce, Son Eternité Daagbo a évoqué la joie profonde qui était la Sienne, face à cette bonne nouvelle. Selon le Dieu Créateur de l’humanité, la cérémonie de l’Examen blanc, qui a eu lieu dans la nuit du vendredi 27 au samedi 28 janvier 2017, a permis de trier le bon de l’ivraie, ce qui L’a amené à rappeler Son amour pour Ses enfants, qu’ils soient Daagbovi ou non, les Daagbovi étant les fidèles de la Très sainte église de Jésus-Christ.

Aperçu sur le Clergé de la Mission de Banamè
Par ailleurs, Daagbo a montré ne retenir aucune colère contre ceux qui L’insultent, vu qu’à en croire Ses propos, un géniteur a toujours des enfants dont certains sont bons et d’autres, mauvais. Ainsi, abordant la question relative aux personnes décédées à Porto-Novo, à l’issue de la cérémonie de l’Examen blanc, Son Eternité Daagbo a d’abord présenté Ses condoléances aux familles éplorées, attirant l’attention des dizaines de milliers de fidèles ayant fait le déplacement de la messe d’action de grâces sur le fait que Son amour s’étend à tous Ses enfants, qu’ils soient partisans de la Mission de Banamè ou pas, ce qui L’a amené à déplorer ces décès et à faire comprendre que ce qui s’est passé à Porto-Novo devrait permettre à tous ceux qui seraient encore tentés de  mettre à l’épreuve le Dieu Créateur du ciel et de la terre de tirer la leçon selon laquelle la Très sainte église de Jésus-Christ ne ressemble aucunement aux autres confessions religieuses au sein desquelles les sorciers s’épanouissent en toute quiétude. « On a dit que j’étais une petite fille et ils ont voulu Me tenter. ’’Les mêmes causes produisent les mêmes effets’’ », s’est indigné Daagbo, avant de conclure, montrant une profonde impartialité : « Si les Daagbovi font la même chose, ils écoperont des mêmes conséquences ». « La comédie dans les autres religions n’est pas valable à Banamè », a renforcé Son Eternité Dieu Esprit-Saint. Et, revenant sur ces décès, Daagbo a rappelé : « Ils ne sont pas morts pour leur foi en Banamè, mais pour leur foi en la sorcellerie ».


Diverses autres préoccupations

Dans Son enseignement, Dieu Esprit-Saint Daagbo a abordé d’autres sujets de grand intérêt, notamment, les exactions dont les Daagbovi sont quotidiennement victimes. « Dieu est parmi vous gratuitement et, les gens vous en veulent pour cela, ce qui les amène à vous faire subir toutes sortes de maltraitances ; cela vous honore », a-t-Il félicité, avant de Se faire menaçant : « Les auteurs de ces exactions seront punis ; ils le paieront ».
Evoquant l’actuel Président de la République, Patrice Talon, Daagbo a fait ressortir ses nombreuses qualités : « C’est un homme équilibré et lucide, c’est un vrai Président », s’est-Il confié, avant de continuer : « Il sait où se trouve la vérité ou le mensonge ». Ensuite, Il a rassuré l’énorme assemblée de Daagbovi qui L’écoutaient : « Soyez patients et patients, laissez-les, il nous rendra justice ». Attirant l’attention sur le dextérité de l’homme d’Etat, Son Eternité Daagbo a affirmé : « Talon n’est pas de Banamè, mais du Bénin, il n’a pas de parti pris ; si Banamè a tort, le Président le dira ».
S’adressant à l’ensemble des Béninois, Daagbo leur a lancé un message vibrant : « Ce n’est pas l’encens ni les bougies leur problème, mais, tout simplement, Banamè ! Ce nom provoque colère et indignation », avant de les avertir fermement : « Béninois, calmez-vous, sinon vous allez mourir sans voir la fin de Banamè ; vous allez contracter la tension ou une affection cardiaque et en mourir gratuitement ». « Pourquoi tant de haine ? Pourquoi tant d’acharnement ? », a fini par S’interroger Daagbo.  

Ces questions ont servi de transition à Son Eternité pour revenir sur les événements de Goho, à Abomey, le 8 janvier 2017. Il s’est indigné des cruels traitements dont les Daagbovi ont été victimes, aussi bien de la part des jeunes de Djimè que des forces de l’ordre. Dieu Esprit-Saint S’est alors appesanti sur le sort plus que méprisable et douloureux qui a été faits aux fidèles chargés de sécuriser les cellules, suite à la menace de leur attaque par les jeunes d’Abomey. « C’est un sacrilège ! », s’est-Il vivement exclamé. Aussi, Daagbo a prodigué des conseils à Ses enfants, les exhortant à ne pas développer un complexe de supériorité par rapport aux autres Béninois, et à respecter les lois du pays : « Vous êtes des citoyens béninois comme tous les autres, agissez donc selon la loi, selon la justice, soyez prudents comme le serpent et candides comme la colombe ». « Ne tombez pas sous le coup de la loi, parce que vous n’aurez pas la même chance que ceux qui ne sont pas Daagbovi et qu’on épargne des rigueurs de cette loi », a-t-Il averti. Closant Son propos, Son Eternité Daagbo a instruit Son auditoire à éviter les surcharges, lors des voyages, sur tous les types de véhicules, et à se préoccuper, pour ceux d’entre eux qui possèdent des véhicules, de toujours se munir de leurs pièces, avant d’aboutir à une consigne très ferme leur demandant de ne pas répondre aux provocations. Concluant sentencieusement son propos, Daagbo a lancé : « La victoire de Banamè, c’est dans le temps ».

Ramane Aïsso