L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

vendredi 31 janvier 2014

Dieu Esprit-Saint Daagbo, dans un exclusif et pathétique cœur ouvert, à tous les êtres humains de l’univers

« J’aime beaucoup mes enfants ; Je tiens à leur dire que Je les aime et qu’ils sont toujours Mes enfants, méchants ou bons. Ils sont toujours mes enfants et, Je les attends toujours, qu’ils se rapprochent de Banamè, avant de parler ! »


Dieu Esprit-Saint, Dieu Universel Daagbo


A plusieurs époques différentes, le Bénin, petit pays de l'Afrique de l'Ouest, a dicté sa loi au monde : Béhanzin, l'intellectualisme ardent de ce pays pendant la période coloniale, le rejet miraculeux de l'agression du 16 janvier 19977, la Conférence nationale des forces vives de la Nation, notamment, sont dans les tiroirs de l'Histoire, pour en témoigner. Aujourd'hui, ce petit poucet de Bénin fait et fera encore, pour longtemps, l'actualité, du fait de la présence sur sa terre de Dieu Tout-Puissant, le Dieu Universel qui est la référence de toutes les religions du monde, l'aboutissement de toutes les prières, dans les langues et les tons les plus diversifiés. Dieu Esprit-Saint Daagbo, de manière simple, a pris siège en République du Bénin, semant tous les types de sentiments et de réactions dans le cœur des êtres humains, à travers le monde, choisissant d'établir ses quartiers dans ce qui est reconnu, par les spécialistes du domaine, comme le siège mondial de la sorcellerie : Banamè ! A travers cette interview exclusive qu'Il a accepté d'accorder à nos confrères de Radio Trait d'Union de Bohicon, au Bénin, en septembre 2013, Dieu Tout-Puissant retrace les fondements rénovateurs et purificateurs de l'Eglise catholique universelle et originelle de Jésus-Christ par la Mission de Banamè, entamée depuis janvier 2009. Cet entretien se termine par l'appel d'amour de Dieu Tout-Puissant à tous les hommes de la terre, un appel ultime à prendre, plus que jamais, au sérieux, avant qu'il ne soit trop tard pour tous.


Radio Trait d’Union : Bonjour, Dieu Esprit-Saint, Daagbo, Parfaite, Dieu Créateur de la Terre et du Ciel. Qui êtes-vous, en réalité ? Je suis, pourtant, en face d’une personne physique de sexe féminin, morphologiquement parlant …


Daagbo : Bonjour Monsieur le Journaliste. C’est une belle question que vous avez posée. Certains disent ’’Parfaite’’, d’autres disent ’’Daagbo’’, d’autres disent encore ’’Dieu le Père’’, ’’Dieu Créateur’’. On apprend beaucoup de choses ; vous apprenez beaucoup de choses et, c’est d’ailleurs pour cela que vous voulez comprendre davantage qui je suis. Moi, je ne suis pas Parfaite, je suis Dieu le Père Créateur du ciel et de la terre, Dieu Esprit-Saint. Parfaite est une femme, c’est un être humain comme vous, comme tous les êtres humains. Mais, la différence, c’est qu’elle n’a pas été engendrée, elle n’est pas née d’une femme ; c’est nmon temple. Parfaite, c’est, en quelque sorte, un bureau, c’est le corps dans lequel je viens pour travailler et pour retourner au ciel.
…..
Donc, moi, je suis Dieu le Père, Dieu le Père de l’humanité, le Père de Jésus-Christ, Dieu, Epoux de la Vierge Marie, Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de David, de Moïse, Dieu des prophètes, Dieu de tous les temps, Dieu, hier, aujourd’hui etn jusque dans l’éternité, je serai Dieu. C’est pour cela qu’en fon, les gens m’appellent ’’Daagbo’’, ce qui veut dire ’’Grand-père’’, parce qu’ils reconnaissent que Je suis le Père de Jésus-Christ et, Jésus-Christ est leur Papa. Donc, je suis leur Daagbo. C’est pourquoi, on m’appelle ’’Daagbo’’. Donc, quand on dit ’’Dieu le Père’’, ou ’’Dieu Esprit-Saint’’, et, quand on dit ’’Daagbo’’, c’est la même chose, les significations ne sont pas différentes. Je ne suis pas Parfaite ; celle qu’on appelle Parfaite est différente de Moi, c’est un être humain que vous voyez, mais qui est différent de vous, parce qu’elle n’a pas été engendrée, parce que le Temple de Dieu Esprit-Saint, qui est la source de la sainteté ne peut pas habiter en permanence un temple qui a été engendré. Tout être humain est pécheur. De ce fait, mon temple ne peut pas provenir directement de la chair. Parfaite a été fabriquée depuis le ciel et a été envoyée sur la terre et, c’est après quelques jours qu’un Peulh l’a retrouvée, un Peulh qui allait à la chasse et qui se promenait dans la brousse avec ses bœufs l’a ramassée. Par la suite, un couple d’instituteurs l’a adoptée et, ce sont eux qui lui ont donné les prénoms de Parfaite et de Victoire, pour signifier que la victoire est venue, parce que, depuis huit ans, ils n’avaient pas eu d’enfants et, quand Parfaite est venue, la dame est tombée enceinte. Donc, ses parents adoptifs sont toujours là. C’est vrai que la dame est décédée, mais le papa est toujours là. Et, lui-même sait qu’il a adopté Parfaite.
En définitive, Parfaite, c’est mon temple. Si je quitte le corps, vous aurez l’occasion de remarquer la différence et de constater que ce n’est pas la même chose ; c’est une autre personne carrément. Merci beaucoup pour la question.



A vous écouter, vous êtes Dieu Esprit-Saint dans le corps de Parfaite, Dieu l’omnipotent. Mais, avez-vous besoin de prendre chair avant de sauver l’humanité des mains de Belzébul, puisque la foi nous enseigne qu’une seule parole suffit pour que tout soit ou disparaisse ?



C’est vrai, une seule parole suffit pour que tout disparaisse ou que tout soit. Mais, est-ce que Jésus aussi avait besoin de venir dans ce monde, de mourir pour vos péchés, avant que vous soyez sauvés ? Dieu a son plan et Dieu sait ce qu’Il fait. Aujourd'hui, regardez : le monde est au bord de la tombe, tout est détruit, la sorcellerie a tout détruit et le malin a gagné le terrain ; Belzébul a tout corrompu, le monde visible et invisible. Mais, en tant que Dieu miséricordieux, avec l’amour que j’ai pour mes enfants, pour mes créatures, je ne peux quand même pas rester au ciel et tout détruire, d’un seul coup ; ce ne serait pas de l’amour vis-à-vis de mes enfants. Et, comme vous avez une mère qui intercède tout le temps pour vous, elle a pleuré pendant 13 siècles pour que je sois là, pour qu’au moins, vous sachiez que Dieu vous aime. Dieu le silencieux, celui que vous acceptez dans la foi et que vous et que vous n’avez jamais vu, existe et peut encore quelque chose pour vous ; c’est ça, la Mission de Banamè.
Ce n’est pas pour vous tuer. Le monde, aujourd'hui, voyez-vous, ce n’est pas ce que vous pensez ou voyez. D’autres choses se passent dans l’invisible et, je suis obligé d'être parmi vous pour régler tout cela ; je suis obligé de prendre chair pour être à vos côtés et vous montrer mon amour, mon affection, vous dire, en quelque sorte, que je vous aime et que je veux que vous soyez au ciel. Franchement parlant, c’est à cause de la Vierge Marie que je suis là. Vous avez eu raison de poser cette question, parce que vous avez appris que, Dieu Esprit-Saint, quand il se fâche, il ravage tout, il détruit tout et, avec une seule parole, il peut tout détruire et tout arranger, c’est vrai. Mais, dans le même temps, sachez que se Dieu Esprit-Saint est Amour infini, Amour inépuisable, Amour qui fait qu’il ne peut jamais vouloir que tous Ses enfants meurent. Sur 100 personnes, aujourd'hui, 95 vont en enfer et, à peine 5 vont au ciel. C’est pour cette raison que la Vierge Marie a pleuré pour vous aider à goûter au paradis.



Mais, avant de prendre chair, comme vous le dites si bien, vous étiez partout et, donc, vous êtes parmi les Hommes, même dans l’invisible. C’est pour ça que, pour beaucoup de personnes, cela ne se justifie pas, puisque vous êtes partout à la fois …



Je suis partout à la fois mais, est-ce que vous, vous me voyez ? Est-ce que vous croyez pour autant que j’existe ? Ce n’est pas vrai ! Vous ne croyez pas que J’existe pour autant. Mais, vous l’acceptez, dans la foi et, pourtant ; vous faites des gris-gris ! Vous allez chez les charlatans, vous allez vous chercher ailleurs et, c’est ainsi que Belzébul a gagné du terrain.
Belzébul, il se fait sentir en vous offrant les occasions faciles. Il faut que Moi aussi Je me fasse sentir pour que mes enfants sachent au moins que Je suis là, que Je suis présent. C’est pour cette raison que Je suis dans la chair.
Avant que Jésus-Christ ne vienne sur la terre, il était partout, il était avec ses enfants mais, pourtant, il est venu pour que le monde sache qu’il est là. Ce n’est pas seulement dans la foi qu’il faut l’accepter, il faut l’accepter dans la réalité  et vivre dans l’intention qu’Il est vraiment là. Je ne suis pas venu pour rigoler, pour blaguer ; je suis là pour une mission donnée, je suis là pour quelque chose. C’est pour le salut de l’humanité que je suis là, parce que je suis resté dans l’invisible, tout le temps, et je n’ai pas eu le résultat que je voulais.


Quelle est cette mission, en réalité ?



Cette mission, en réalité, c’est de détruire tout ce qui est mal, c’est de détruire Belzébul le démon, le patron des démons. C’est Lucifer que, Moi-même J’ai créé et qui, par son orgueil, est devenu Belzébul le démon, le patron des démons. C’est Lucifer que Moi-Même J’ai créé et qui, par son orgueil, est devenu Belzébul, ce qui signifie « le fils des ténèbres ». Comme il a voulu vivre dans la facilité, il vous miroite cela également et, vous aussi, vous croyez à l’illusion, et vous le suivez bêtement ; je suis là pour le détruire, pour que les hommes aient la paix, que l’illusion cesse et que tout le monde sache qu’il faut vivre dans la réalité, maintenant. Et, l’église catholique romaine, qui est privée, doit savoir que Je suis le seul Dieu à qui l’Eglise appartient ; il n’y a pas d’Eglise sans Moi et, eux tout, ils risqueront de partir. Que tous les mauvais pasteurs se convertissent ! Sinon, Je Me suis tu pendant longtemps et Je les ai regardés conduire Mon peuple vers la perdition et, l’Eglise est en train d’être détruite tous les jours ; tous les enfants de l’Eglise sont en train de partir et, il y a beaucoup de sectes aujourd'hui.
Je veux donc rassembler Mes enfants dans Mon Eglise, la seule et la vraie, pour que Mes enfants sachent que Je suis Leur Père et qu’ils n’ont plus désormais besoin d’intermédiaire. Je suis Leur Dieu et Je suis le Père de l’Eglise. Donc, la Mission de Banamè, en résumé, c’est pour détruire le mal qui détruit les hommes aujourd'hui. Et, d’où vient ce mal-là ? C’est de Belzébul, le maître des ténèbres ; c’est de lui que vient aujourd'hui le mal. C’est le détruire, détruire la sorcellerie, pour que mes enfants aient la paix. La Vierge Marie a assez pleuré pour vous, vous n’en êtes pas conscients ; elle a assez pleuré et, Je suis venu, en réponse à ses pleurs, pour rassembler tous les Hommes du monde entier dans la seule Eglise catholique qui ne sera plus romaine, mais l’Eglise descendue du ciel, la vraie, l’Eglise de Jésus-Christ, l’Eglise que Jésus-Christ a créé au prix de son sang.


Apparemment, ce sera donc une révolution !


Non, ce ne sera pas une révolution. C’est une révolution, parce que cela chauffe déjà. Vous-même, vous êtes au courant de ce qui se passe, aujourd'hui, au Bénin. Donc, cela chauffe déjà : les politiciens, les religieux, tous ceux qui sont sorciers, cela chauffe déjà ; il y a beaucoup d’histoires qui viennent de partout, personne ne veut accepter Banamè. Vous-même vous le savez bien, personne ne veut accepter Banamè. Donc, cela chauffe ; déjà, c’est la révolution. Je ne demande pas grand-chose, sinon aux pasteurs dirigeants de l’Eglise de se convertir. S’ils ne veulent pas le faire, qu’ils Me laissent Mon Eglise ! Je vais la leur arracher et, c’est déjà fait ! Donc, ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter, puisque Je suis leur Dieu ; ils n’ont pas d’autre choix que d’accepter ce que Je vais dire.


Mais, ce ne serait pas facile à accepter, puisque c’est des siècles qu’ils ont mis à organiser cette Eglise à leur façon, humainement parlant. Comment comptez-vous y arriver, avec le Vatican, Rome, la curie romaine avec toute la structuration ? C’est tout une institution …


Monsieur le Journaliste, vous dites que ce ne sera pas une tâche facile, mais ce sera une tâche facile parce que Moi, Je peux tout. Je suis Dieu et, sachez que vous êtes en face de Dieu, Dieu qui détient votre souffle. Si Je décide, à l’instant même, que vous partirez, vous allez quitter ce monde ; je peux tout décider quand je veux, je peux tout arranger comme je veux, je décide tout, du ciel, et tous les Saints m’obéissent et, tout ce qui est sur la terre doit m’obéir, si je le veux, Je sais par où vous tenir. Mais, vous n’êtes rien du tout.
Ces dirigeants d’église qui disent que l’Eglise a été créée, il y a 2000 ans , que l’Eglise a 2000 ans d’expérience, qu’elle est une institution, qu’elle a une doctrine, s’il y a une doctrine, sachez que c’est Moi la Doctrine ; sans Moi, il n’y a pas de doctrine. La théologie qu’ils ont apprise, c’est Moi le Théologien ; sans Moi, il n’y a pas de théologie. Tout ce qu’ils ont appris repose en moi et, c’est Moi Qui atteste que c’est vrai. Quand Je n’atteste pas et que Je n’accepte pas, tout est nul. Vous savez, tout ce que vous valez, c’est ce que vous valez auprès de Dieu ; quand vous ne valez rien auprès de Dieu, vous n’avez aucune valeur et, la valeur, c’est Moi Qui vous la donne. Et, donc, la Mission de Banamè, c’est vous qui trouvez que ce sera difficile. Moi, je trouve que c’est facile parce que, Moi, Je ne suis pas resté, pendant des siècles, au ciel, sans rien faire, je n’ai pas fait des siècles avant de venir, juste parce que Je dormais là-bas, ou parce que Je n’avais pas autre chose à faire. C’est parce que, dans les moindres détails, J’ai tout arrangé ; quand J’emprunte un chemin, Je sais où Je vais. C’est vous qui avez les yeux d’homme ; vous ne savez rien. Je sais où je vais, Je sais ce que Je fais, Je sais comment aboutir à Mes objectifs, Je sais par où prendre. Vous, vous êtes des humains. Moi, Je vois au-delà de tout, Je vois à travers les murs.



Est-ce qu’il n’est pas plus facile de détruire Belzébul, simplement que de prendre chair pour venir, puisque c’est Vous Qui avez créé Lucifer et que Vous l’avez maudit pour qu’il devienne Belzébul qui nous crée tous les ennuis, aujourd'hui ? Est-ce que ce n’était pas possible de détruire Belzébul ?



Est-ce que la situation était de rester au ciel et de détruire Belzébul ? Ce n’était pas la solution. Et, tous ces sorciers-là qui, aujourd’hui, le sont par ignorance, tous ces gens-là qui vivent dans le mal ? Même si on détruisait Belzébul, est-ce que tous ces milliers d’hommes sauraient qu’il n’y avait plus de puissance de Belzébul sur la terre ? Même à l’heure où nous parlons, malgré Ma présence dans la chair et que Je sois en train de détruire tout ce qui est force du mal, les Hommes continuent de croire en vodoun, aux fétiches et aux esprits de Jézabel (Mammy-Water). Si Je restais dans l’invisible, là-bas, et que Je détruisais Belzébul, ce ne serait pas la solution. Je n’allais rien arranger. Au contraire, J’allais aggraver la situation, parce que les Hommes ne comprendraient rien, ils seraient dans l’ignorance.
Je vous dis : Je suis obligé de prendre chair et de Me manifester à Mes enfants pour qu’ils sachent que Je veux leur bien ; Je suis obligé d’être là pour leur expliquer combien de fois Je les aime et que le diable, le malin, est là pour les détruire. Mais, les hommes ne savent pas que le diable est en train de les détruire, ils n’en sont pas conscients ; ce sont des ignorants et, ils suivent le mal, bêtement. Mais, il a fallu que Je sois là, aujourd’hui, que Je leur explique tout ce que le diable fait d’eux, tout ce que Belzébul est en train de détruire dans leur vie, pour qu’eux-mêmes se rendent compte qu’en réalité, ils ne vivent pas et qu’ils finiront en enfer ; il a fallu que Je leur dise qu’ils finiront en enfer et que, s’ils ne se convertissent pas, c’est dangereux, puisque l’heure est grave ! Il fallait que Je vienne leur annoncer que l’heure est grave. Je suis là, juste par amour et, les trois jours de tribulation qui vont venir bientôt, cela va chauffer ! Si je restais au ciel et que je disais que j’avais détruit Belzébul, tous mes enfants iraient en enfer, alors que j’ai besoin d’eux au ciel ; j’ai besoin que tout ce que J’ai créé goûte au bonheur céleste. C’est vrai, J’ai créé beaucoup de choses, il reste des choses que vous ne connaissez pas ! Je veux que vous soyez au ciel pour goûter à tout ça, pour connaître davantage qui est votre Daabo et savoir de quoi Il est capable.



En attendant de nous parler un peu plus précis ément des trois jours de tribulation que vous venez d’évoquer, pour certains, ce n’est dit nulle part que Dieu prendrait chair ; vous surprenez l’humanité, apparemment, selon le dire des gens …



Non, Monsieur le Journaliste, Je ne surprends pas l’humanité ! C’est ce que je vous disais tout à l’heure : le diable vous a abêtis, vous êtes debout mais vous ne voyez rien, vous ne réfléchissez pas, vous n’avez plus de cerveau et, vous n’êtes même pas conscients que vous êtes perdus. Vous dites qu’il n’a été annoncé nulle part que Dieu devrait prendre chair. Mais, cela a été annoncé et, même, plusieurs fois, que ce soit dans la Bible ou par les prophètes ; cela vous a été annoncé. Mais, vous, vous acceptez les messages et vous les comprenez à votre manière. C’est comme ça !
Je vous donne un exemple, terre-à-terre, celui de Jésus qui a pris chair ; il est venu dans ce monde, oui ou non ? Qu’est-ce qu’on a dit à la Vierge Marie ? « Tu vas avoir un enfant par l’œuvre de l’Esprit-Saint. » C’est l’Esprit-Saint Qui a enceinté la Vierge Marie et, elle a mis au monde un être humain qui était Jésus, vrai homme et vrai Dieu. Jésus était dans la chair, n’est-ce pas ? La Vierge Marie était un être humain, n’est-ce pas ? L’Esprit-Saint, qui est capable d’enceinter un être humain qui, à son tour, enfante encore un être humain, ne peut-il pas entrer dans le corps d’un être humain ? Aujourd'hui, on dit que l’Esprit-Saint ne peut pas prendre chair et, on prétend que cela n’a été annoncé nulle part ! Mais, dans la Bible, Jésus a dit que le vrai vigneron viendrait ; Jésus l’a bien dit ! Il l’a bien signifié mais, vous n’avez pas compris ou, du moins, vous l’avez compris à votre façon ; Jésus a demandé à savoir si le vigneron envoie ses employés et qu’on les tue tous et qu’il envoie son fils unique et qu’on le tue aussi, quand lui-même serait là, qu’est-ce qu’il ferait de ces gens-là et, ses apôtres lui ont répondu : « Il va les tuer tous. »
C’est cela, ou bien, vous ne l’avez pas appris dans la Bible ? Vous êtes un chrétien et vous avez lu la Bible, une fois quand même !
Donc, Jésus a parlé en parabole, pendant longtemps mais, vous ne l’avez pas compris. Jésus a dit encore : « Je vous enverrai l’Esprit de vérité. A l’heure où nous parlons, toutes les vérités, vous ne pouvez pas les supporter. Vous avez un corps faible et votre âme n’est pas prête à supporter tout ça. Mais, dès que je serai là-bas, l’Esprit de vérité viendra ; Lui vous dira toutes les vérités, Il vous parlera. »
Certains pensent que cet Esprit est déjà venu à la Pentecôte ; ce n’est pas vrai, c’est le feu de cet Esprit, c’est la puissance de cet Esprit qui est descendue à la Pentecôte sur les apôtres et, ils ont commencé à proclamer la bonne nouvelle. L’Esprit-Saint dont parle Jésus devrait parler, Il devrait dire des vérités et parler, il faut prendre chair ; il ne faut devenir un animal ou un arbre pour parler, il faut devenir Homme, il faut entrer dans un corps pour parler et, là, maintenant, toutes les vérités sont en train d’être révélées.
Jésus, lui, il était dans la chair ; il a bien dit qu’il est le fils de l’Homme et, donc, qu’il ne pouvait pas tout dire sinon, ils allaient le décapiter. Mais, il savait que son Père, en tant qu’Esprit, Lui, ne mourrait pas, personne ne pourrait Le tuer. Et, aujourd’hui, qui peut Me tuer, Moi ? Personne ! Quel que soit le fusil, le couteau ou tout ce que tu as, tu ne pourras pas Me tuer. Si les dirigeants de l’église le pouvaient, ils l’auraient fait et, comme ils ne le peuvent pas, ils disent un peu de tout, juste pour empêcher l’œuvre d’évoluer. Mais, moi, Je conduis Ma barque.
Donc, Mon arrivée a été annoncée à plusieurs reprises : Ezéchiel l’a dit, Saint Paul l’a dit aussi, les prophètes l’ont dit. Selon eux, il devait arriver un moment où Dieu rassemblerait Ses enfants de toutes les nations sur un colline et, il n’y aurait plus d’intermédiaires et, Il parlerait à Son peuple. Mais, il faut lire la Bible ! Les gens racontent trop de ragots.



Selon vous, avec toutes ces explications, pourquoi tant d’acharnement des responsables de l’église catholique romaine, alors que nous avons appris qu’au début de la Mission de Banamè, en 2009, on les voyait autour de vous ?



Je viens de parler de la vérité qui est entrain d’être révélée ; le monde est souillé et, le drame, c’est que, les dirigeants de l’église catholique, aujourd'hui, sont trempés dans l’obscurité », ils sont devenus ténèbres, eux-mêmes, ils ne sont même plus dedans, eux-mêmes sont devenus ténèbres et ils vivent dans l’obscurité tout le temps. Tout ce qu’ils font, c’est dans l’ombre qu’ils le font et, vous, vous les chrétiens, vous voyez la soutane blanche ; c’est ce que vous, vous voyez de l’extérieur, c’est en cela que vous croyez, vous ne cherchez pas à savoir ce qui se passe, quand on finit de vous dire la messe. Qu’est-ce qui se passe après ça ? Vous ne cherchez pas à le savoir. Mais, c’est ce qu’on dit que vous acceptez, un point, c’est tout ! C’est l’apparence qui vous trompe ; eux, ils ont autre chose derrière vous, ils sont dans tout ce qui est diabolique, ils ont signé des pactes avec Belzébul. Je le dis et J’en suis responsable ; Je sais ce que Je dis et, eux-mêmes, ils le savent ; Je ne suis pas un Dieu douillet, un Dieu con, un Dieu imbécile, en Qui ils ont cru tout le temps. Je suis Dieu, Celui Qui peut tout, Celui Qui voit tout et Qui se manifeste dans l’invisible ; Je sais comment Je Me manifeste et, Je sais comment Je sévis.
Vous savez quoi ? Ces gens-là, ils ne sont plus dignes d’être pasteurs ; ils ont vécu dans l’obscurité et, maintenant que la réalité est là, que la vérité est là, que la lumière est là, ils ne l’acceptent pas. Au début, ils avaient cru en une chose et, après, ils ont découvert autre chose. Au début, ils avaient cru que Mathias, qui est aujourd'hui le Pape Christophe XVIII, était entré dans une mafia, ou bien qu’il était allé trouver un pouvoir quelque part, et qu’il avait apporté. Donc, eux aussi voulaient s’y infiltrer et, ensemble, ils allaient bouffer ; ils étaient avec nous, au début, dans un autre esprit : puisqu’ils sont dans le mensonge, eux, ils avaient cru que c’était le mensonge. Mais, quand ils se sont rapprochés, ils ont découvert que c’était la vérité, ici, que tout ce qui était dans l’obscurité, on le révélait ici ; la lumière a jailli et les ténèbres ont commencé à disparaître et, eux aussi, pour sauver leur face, parce que, le monde entier, à partir de Banamè, saurait ce qu’ils sont, en réalité. Et, on serait obligés de les dévoiler, puisque Je ne suis pas un Dieu Qui soutient certains et Qui protège d’autres, car Je suis un Dieu de justice ; J’ai commencé à leur dire : « Mes enfants, vous avez assez fait avec les ténèbres, vous avez assez cheminé avec Belzébul, vous avez assez dîné avec lui. Maintenant, il faut que, vous et nous, on dîne ensemble. »
Comme dîner avec Moi, c’est dîner avec le feu et, comme le feu ne fait rien de bon, comme le feu détruit tout ce qui est mal, comme Mon feu détruit tout ça, eux, ils ont choisi Belzébul et, c’est ainsi qu’ils ont fait demi-tour, petit-à-petit, et ils ont commencé à nous dénigrer. Vous voyez, leur malheur est qu’effectivement, Je suis Dieu, c’est leur malheur. Si c’était que Je trompais le monde en disant que J’étais Dieu, là, ils auraient gagné. Mais, pour leur malheur, Je suis vraiment Dieu et, c’est là qu’ils se sont rendu compte qu’ils étaient coincés. Sinon, quand ils ont affaire à toi, tu es foutu, tu es cuit ; quand l’église catholique romaine s’acharne contre vous et, ils n’ont même pas besoin de s’acharner, il leur suffit juste d’un coup nde fil et, c’en est fini pour toi ! Il suffit seulement qu’ils aillent en nuit sabbatique une fois et tu es foutu ; ils ont tenté tout ça et, voilà que Dieu est têtu. Sans Moi, il n’y a pas de puissance, sans Ma volonté, rien ne se passe.



Mais, un évêque béninois a déclaré que la Mission de Banamè best une calamité et, mieux, que si, pendant longtemps, au Bénin, nous vivons les problèmes de rareté de pluie, c’est du fait cette petite Parfaite s’est auto-proclamée Dieu. Qu’en dites-vous ?



J’ai appris cela aussi ; vous, les journalistes, vous êtes au parfum des informations. J’ai aussi appris cela ; il est allé raconter, car, ça, ce n’est pas parler, c’est raconter.
Voilà ce qu’il est allé raconter à Savalou : vous savez, en tant qu’autorité religieuse, c’est d’Antoine Ganyè qu’il s’agit. Mais, qu’est-ce que lui, il a pu faire pour arrêter la petite Parfaite dont il parle ? Vous voyez, quand il dit que c’est à cause de la petite Parfaite qu’il n’y a plus de pluie au Bénin et que Dieu s’est fâché contre le Bénin, est-ce que Dieu se fâche ? Quand, Moi, Je Me suis fâché contre eux, évêques et prêtres, parce qu’ils ne se convertissaient pas, qu’est-ce qu’ils ont dit dans ce même pays ? Ils ont dit que Dieu ne se fâche pas, qu’Il ne s’énerve pas. Alors, pourquoi trouve-t-il maintenant que Dieu s’est fâché ? Ah ! Donc, Dieu se fâche ?
Dieu ne se fâche pas normalement mais, ce sont eux qui connaissent Dieu ! Ce sonjt eux qui savent comment Dieu doit agir ! Ce sont eux qui parlent à Dieu ! Ce sont les intermédiaires entre Dieu et les peuples ! Ce sont eux qui intercèdent pour le peuple auprès de Dieu ! Mais, maintenant, pourquoi ils n’ont pas intercédé pour que leur Dieu puisse arrêter Parfaite, pour que le peuple ait la paix ? Eux, ils peuvent donner des ordres. Pourquoi ne le font-ils pas, eux qui se dissent hommes de Dieu et qui sont censés avoir tous les pouvoirs ? Après eux, c’est Dieu. Pourquoi ne parlent-ils pas à Dieu, pour que Dieu arrête Parfaite ?
Dans ce même Bénin, plusieurs années plus tôt, il y a eu la famine parce qu’il ne pleuvait pas. Est-ce que Parfaite était déjà là ? Parfaite avait-elle déjà dit qu’elle était Dieu ? Et, pourtant, il y a eu la famine dans ce Bénin ! Aujourd’hui, on dit que, c’est parce que Parfaite dit qu’elle est Dieu qu’il y a la famine au Bénin.
Quand on prend par tous les moyens pour détruire Banamè et qu’on n’y arrive pas, on crée des conneries, on raconte et, ce sont des gens dignes d’être pasteurs, ça ? Et, il dit que c’est parce que Parfaite a dit qu’elle est Dieu qu’il ne pleut pas ! Au lieu de dire, sincèrement : « C’est parce que nous n’avons pas reconnu notre Dieu qu’Il s’est fâché contre nous et qu’il ne pleut pas, ils renversent la situation et ils disent que Parfaite affirme qu’elle est Dieu, raison pour laquelle il ne pleut pas. Ce n’est pas sérieux ; ce sont des gens comme cela qui bavardent pour raconter n’importe quoi. Et, vous, les chrétiens, vous, hommes, vous croyez bêtement en ces choses-là. C’est parce qu’ils trouvent que vous êtes bêtes ! Vous avez toujours cru en eux.



Et, Banamè, est-ce une calamité ?



Banamè, c’est une calamité. Oui, vraiment, Banamè est une calamité, parce que, tout ce qui est sorcellerie est en train d’être brûlé, calciné. Banamè est une calamité pour Ganyè Antoine, parce qu’il y a le feu brûlant dans son ventre. Donc, Banamè est vraiment une calamité.
Tous les sorciers sont dérangés, parce que le feu est là. Donc, cela se comprend que Banamè soit une calamité. Pour les hommes de bonne volonté, c’est Banamè qui annonce la paix, qui donne la paix, la joie, la quiétude, l’amour. Mais, rapprochez-vous de Banamè, pour savoir ce que c’est ! Rapprochez-vous-en ! Banamè ne fait rien de mal à quiconque, à personne ; tous ceux qui viennent à Banamè sont, au contraire, guéris, ils sont heureux de la joie qu’ils n’ont jamais trouvée. Depuis qu’ils vont chez les charlatans, depuis qu’ils pratiquent l’occultisme, ils n’ont jamais eu cette joie-là. Aujourd'hui, les gens sont soulagés, ils sont en paix, ils ne font plus de gris-gris mais, ils sont en paix, ils sont en joie, ils ont la quiétude et, on trouve que Banamè est une calamité ! Banamè, bien au contraire, est pour le développement du Bénin et du monde entier parce que, quand les gens auront la paix du cœur, ils vont travailler, quand ils auront la santé, ils vont mieux travailler et, le pays peut évoluer. S’ils trouvent que Banamè est une calamité, c’est parce que le feu est là et, je ne vais pas cesser d’envoyer le feu ; qu’ils comptent sur ma bonne volonté !



Vous êtes donc venu, Dieu Esprit-Saint, pour restaurer votre Eglise, l’Eglise de Votre Fils, Jésus-Christ et, voilà bientôt cinq ans que la Mission de Banamè a commencé. Quel bilan peut-on en faire, aujourd'hui ?



Il y a bientôt cinq ans que Banamè a commencé. Je suis venu pour refonder l’Eglise, c’est ça la Mission, refonder et balayer tout ce qui est ordure, pour que l’Eglise soit nette, nickel, parce qu’il y a trop d’ordures dans l’Eglise catholique : des évêques sorciers et francs-maçons, ces prêtres sorciers, ils sont tous sorciers et, Belzébul a siégé jusqu’à Rome, c’est la pourriture ! Surtout, Romme est pervertie, Romme, c’est la pourriture. Tous ceux qu’ils peuvent tromper, c’est le bas-peuple ignorant. Je suis là pour tout nnettoyer, parce que Je suis fatigué de ces pasteurs qui Me font souffrir pour rien et qui sont en train de perdre tous Mes enfants. Maintenant, Je veux être en famille, Je veux que mes enfants me reconnaissent, Je veux être parmi mes enfants ; Je suis leur Dieu et ils sont Mon peule. Je suis là pour le nettoyage de l’Eglise et, ce nettoyage ne se fait pas avec de l’eau mais, c’est avec le feu et, toutes ces ordures seront calcinées. Si quelqu’un se sent morveux, qu’il se fasse griller par le feu, parce que, quand vous touchez à Banamè, vous êtes grillé ! C’est comme cela maintenant, puisque vous n’avez peur de rien, à part la mort ; c’est de la mort seule que vous avez peur. Moi, Je suis là pour nettoyer l’Eglise, pour la refonder.



Avec ces quatre années déjà passées, avez-vous le sentiment que cela évolue ?



Oui, la Mission évolue ; il y a cinq ans, on n’était pas à ce niveau aujourd'hui : nous avons un Pape, vous avez un Pape, aujourd'hui, des cardinaux, des évêques, des prêtres, des religieuses et, la nouvelle Eglise, comme une belle fiancée, est en train d’être apprêtée pour rejoindre son époux. C’est quand la fiancée va rejoindre son époux que vous allez commencer à voir les belles choses ; Banamè n’a pas encore commencé, c’est le début du commencement !
Il y a cinq ans, on a commencé, petit-à-petit et, on ménageait un peu les dirigeants de l’Eglise, qui ont dit « Non, vous n’avez pas besoin de nous ménager ! » Mais, maintenant, vous voyez, si une mère met son enfant au dos et que l’enfant mord sa maman et descend, on le laisse par terre. Aujourd'hui, eux tous sont descendus très bas ; ils ne valent plus une serpillère. Donc, que tous les chrétiens catholiques sachent que Banamè, c’est pour leur bien. C’est le bonheur ! En cinq ans, vraiment, les sorciers peuvent témoigner ; s’ils en ont le courage, ils peuvent témoigner : on a débarrassé des milliers de personnes de la sorcellerie.
On n’enlève pas la sorcellerie mais, on la calcine ; c’est brûlé et, brûlé, une fois pour de bon. Les sorciers peuvent en témoigner, de même que les guérisseurs, par rapport aux miracles, aux guérisons du corps et de l’âme, la paix dans les foyers, la paix dans les maisons et dans les familles. Aujourd'hui, ceux qui viennent à Banamè, les Daagbovi, n’ont plus peur de la sorcellerie et, tout cela a été fait en cinq ans ; ils n’ont plus peur. Aujourd’hui, des gens peuvent faire face à la sorcellerie. On peut oser aujourd'hui ; ceux qui viennent à Banamè peuvent oser et, rien ne se passera. Les sorciers savent aujourd'hui qu’ils sont des ordures et, tout ce qui est démon a été brûlé. Si on doit parler même du bilan, on l’abordera jusqu’à demain qu’on n’en finirait pas. Donc, il y a beaucoup d’évolution.



La Bible nous apprend, quand même, que les yeux d’homme qui verront Dieu mourront. Comment se fait-il que des hommes vous voient, aujourd’hui, sans mourir ?



Les yeux d’homme qui verront Dieu mourront. Mais, les gens ont vu Jésus. Quand même, ils ne sont pas morts ; ils étaient vivants, pourtant, ils ont vu Jésus, avant de mourir. Regardez Abraham, regardez Moïse ! Moïse a vu Dieu le Père, il M’a vu ! Mais, ils ne sont pas morts pour autant, ils ont vieilli ; Abraham a eu 180 ans avant de partir et, Moïse aussi a vieilli, il a duré avant de partir. Donc, quand on dit que les yeux d’homme qui verront Dieu mourront, ce n’est pas tel que vous, vous le comprenez ; c’est pour dire que, quand vous voyez Dieu en étant vivant, c’est que vous n’êtes plus de ce monde. C’est la définition : ce n’est pas qu’il faut mourir et être enterré avant de voir Dieu, ce n’est pas cela, celui qui voit Dieu n’est plus de ce monde. Il est de ce monde mais, il n’est plus de ce monde. C’est ce que Jésus a dit à ses apôtres : « Vous êtes de ce monde, mais vous n’êtes plus de ce monde, parce que vous avez vu Dieu, vous L’avez touché. Il vous a parlé et, donc, votre âme, tout votre être n’est plus d’ici. »
Et, tous ceux qui viennent à Banamè, tous ceux qui viennent rencontrer Daagbo, aujourd'hui, ne sont plus de ce monde ; eux, ils sont déjà au ciel, tout en étant sur la terre, parce que c’est le ciel qui est descendu. Là où Je suis, toute la cour céleste est là ; même si, moi, je ne suis pas là et que le Pape Christophe XVIII est là, toute la cour céleste est là. Quand Nayé Nicole est là, toute la cour céleste est là et, tous les cardinaux que j’ai choisis aujourd'hui, tous les évêques, les prêtres, tous ceux que j’ai consacrés, Je les ai faits comme Moi-Même. Partout où ils sont, toute la cour céleste est là et, c’est comme Jésus a fait de ses apôtres. Quand les apôtres sont quelque part, toute la cour céleste est là et, c’est ce que J’ai fait aussi des Miens. Donc, du moment que toute la cour céleste est là, les êtres simples qui sont là ne sont plus là ; ils sont dans la gloire céleste, ils sont déjà dans la lumière, dans la joie, ils sont déjà au paradis : c’est ce qu’on est en train par là. Ne comprenez donc pas à la façon terre-à-terre ; c’est profond ce qu’on dit.



Vous avez parlé de l’église catholique romaine et de ses dirigeants. Qu’en est-il des autres églises dites évangéliques ?



Les églises évangéliques, vous le savez vous-même, il y en a de trop aujourd’hui. Ce sont des pasteurs par-ci, ce sont des pasteurs par-là, des prophètes par-ci et par-là. Mais, tout le monde sait qu’ils sont des gérants ; c’est comme quand on entre dans une boutique ou dans une buvette, on voit un gérant et, c’est lui qui gère.
C’est le chômage qui fait qu’il y a beaucoup de pasteurs, aujourd’hui ; ils ne savent plus à quoi s’accrocher et, voilà que les dirigeants de l’église catholique, eux aussi, ne s’occupent même plus de la foi des chrétiens, ils n’entretiennent pas la foi des chrétiens, ils ne font rien pour sauvegarder la foi des chrétiens et, tous les chrétiens sont en train de partir. Sur 100 pasteurs, aujourd’hui, vous en trouvez 80 au moins, qui disent : « Mais, j’étais catholique. » C’est ce qui se passe aujourd’hui.
Il y a plein d’églises évangéliques ; ce sont des malades et, ils en sont conscients, ce sont des malades, ce sont des fous. Ils crient, à longueur de journée, on ne sait pourquoi ; ils crient et, c’est : « Jésus ! Jésus ! Jésus ! » Ils ne connaissent pas la Vierge Marie. La Vierge Marie, pour eux, c’est une horreur et, ils prétendent adorer Jésus, alors que, là où il n’y a pas la Vierge Marie, il n’y a pas l’Esprit-Saint ; Jésus ne peut pas agir, puisqu’il ne fait rien sans son Père. Donc, vous voyez, les églises évangéliques, aujourd’hui, c’est vraiment une honte pour moi ; c’est une honte et un souci. C’est un souci, parce que Je Me dis que J’ai perdu tous Mes enfants, Je les ai perdus, ils ne savent pas ce qu’ils font, ils ne veulent juste que manger, c’est pour leur ventre qu’ils font tout ça et, c’est pour ça que Je Me bats pour les rassembler tous, parce qu’aucun papa ne peut accepter qu’on amène son enfant dans une autre tradition, pour des cérémonies. Donc, Je veux les rassembler tous, Je veux que tous les évangéliques reviennent ; ils sont Mes enfants, Je veux qu’eux tous reviennent, qu’ils reviennent à l’Eglise, à Moi et à Mon Fils, Jésus-Christ, c’est l’une des raisons pour lesquelles Je suis là, àa fait partie de la Mission de Banamè. C’est pour cela que Je dis que tous les Hommes deviennent un dans mon amour et qu’ils sachent que c’est la seule Eglise, et qu’il n’y en a pas d’autres.



Que direz-vous, aujourd’hui, de ceux qui s’auto-proclament ’’envoyés de Dieu’’, qui rallient qui des miracles qui prophétisent ici, qui brûlent la sorcellerie. Que pensez-vous de ceux-là. Est-ce qu’il s’agit effectivement de vos envoyés ?



Vous voyez, c’est Moi Qui envoyais mais, maintenant, je suis là, Je n’envoie plus personne. Que quelqu’un dise, aujourd’hui, « Je suis l’envoyé de Dieu », que Je vous dise la vérité, tout ça, c’est de la tromperie, c’est de la comédie pure et simple ; il n’y a plus d’envoyé de Dieu, aujourd’hui, tout le monde dit cela pour manger, c’est le ventre, c’est le chômage : il n’y a plus de travail, des envoyés de Dieu, aujourd’hui, c’est de la tromperie, il y en a tout plein.
Il y a des mystiques, de ceux qui se disent messagers, des prophètes ; les gens s’auto-proclament prophètes, par-ci, par-là, et les hommes y croient ; ils y croient, alors que votre Dieu est là, maintenant, et ils n’y croient pas. Quand il s’agit des flatteries, de la comédie, du théâtre, les hommes y croient. Mais, quand Dieu est là, depuis que Banamè a commencé, combien de Béninois croient en moi ? Combien, sur les près de 8 millions, croient en moi ? Ils croient aux charlatans, ils croient aux mystiques, aux pasteurs et à tout ça, aux envoyés de Dieu ; ceux qui se disent ’’envoyés de Dieu’’, ils croient en tout ça, aux flatteries, au théâtre, à la comédie, ils croient en tout cela et, ça crie, à longueur de journée. Tapage, tapage, tapage, et ça fait miroiter les miracles de quelques heures ; ils croient en tout ça, les illusions, ils y croient. Vous êtes ainsi, vous, les hommes, vous êtes bêtes, vous ne réfléchissez pas. Puisque vous avez refusé de réfléchir, vous êtes restés comme cela ; il n’y a pas d’envoyé de Dieu.
Par exemple, il y a un phénomène au Bénin qui est ’’Ogboni’’ ; il se dit envoyé de Dieu. Tu fais des gris-gris, publiquement, et tu te proclames envoyé de Dieu. Tout le monde sait que c’est diabolique mais, pourtant, ils y croient et ils vont là-bas, vous voyez … Tu dis que tu es un envoyé de Dieu, et tu fais des scarifications aux gens, et tu fais du n’importe quoi, publiquement, et tu prétends être un envoyé de Dieu. Même, la dernière fois, il prétendait brûler la sorcellerie aux gens et, il a comploté avec les enfants. J’ai appris tout ça mais, Je Me suis tu, parce que Je ne leur ai pas accordé de considération. Il demande aux enfants de dire : « Parfaite est une sorcière », « On va en nuit sabbatique avec Parfaite », « Parfaite a 14 calebasses » (Degrés de puissance en sorcellerie), et je dis : « Vous ne savez même pas mentir ; Parfaite a 14 calebasses et elle dépasse tous ceux qui en ont 41. » Ils disent : « Parfaite et nous, on a mangé la viande de Kadhafi ; Parfaite a mangé la cuisse et, nous, on a mangé les autres parties. » Je dis : « Mais, c’est dingue ! Quand on veut mentir, il faut réfléchir avant : Kadhafi, le tout-puissant-là, si quelqu’un doit le bouffer, ce n’est pas les petits sorciers de l’Afrique, c’est les illuminatis, ce n’est pas les petits sorciers de 14 calebasses qui vont le bouffer et puis, Kadhafi n’est pas mort de sorcellerie ! »
On dit des mensonges et on se dit envoyé de Dieu. Il y a des choses du genre, que les gens gobent, c’est des trucs comme ça qu’ils gobent, et que les autorités gobent ; elles font du n’importe quoi dans le pays et personne n’ose en parler. Mais, tout le monde critique Banamè ; toutes ces conneries-là, on ne les critique pas. C’est la preuve que Dieu est à Banamè, parce que, presque tous les hommes sont trempés dans les trucs diaboliques et, donc, quand ils voient le diable, ils n’en parlent pas, ils ne critiquent pas mais, quand ils voient la lumière quelque part, les critiques commencent. C’est comme ça donc ! Ne vous leurrez pas, il n’y a pas d’envoyé de Dieu ; les envoyés étaient là, c’étaient les Saints Pio, Ezéchiel, Moïse, Elie et les autres. Mais, aujourd’hui, il n’y en a plus ; tout ça, c’est pour tromper le peuple.



Il est reproché, Dieu Esprit-Saint, à Banamè, les injures publiques, les menaces de mort et, que sais-je encore. Vous retrouvez-vous à travers ces incriminations ?



Les menaces de mort, les injures publiques ! Mais, Je dois insulter, parce que, quand son enfant n’a pas l’éducation qu’on souhaite, il faut l’insulter et l’insulter tout le temps, pour qu’il se corrige. Qu’est-ce qu’ils appellent ’’insultes’’ même ? Quand je dis que telle personne a tel comportement, il faut qu’elle change ! Ce n’est pas bien, ce n’est pas bon, changez ! Apprenez à faire ceci ou à faire cela, c’est ça qu’ils appellent ’’insultes’’. Mais, toi, en tant que journaliste, tu n’as pas des enfants ? N’insultes-tu pas tes enfants ? Quand tes enfants font quelque chose qui te déplaît, ne les insultes-tu pas ? A défaut de les frapper, ne les insultes-tu pas ? Quel papa, qui veut que ses enfants soient bien éduqués, ne les insulte pas ? Mais, quans on parle de reproches, ne parlez pas d’insultes. Les reproches, c’est une chose, les insultes, c’est encore autre chose. Qu’est-ce qu’ils appellent ’’insultes’’ ? Tu as la sorcellerie et on le dit, c’est ça une insulte ? Non ! Tu as la sorcellerie, on dit que tu es sorcier, qu’il faut que tu te fasses brûler ça, et tu dis qu’on t’insulte. J’ai dit que les évêques et prêtres béninois sont sorciers, qu’ils viennent à Banamè se faire brûler cela ; est-ce cela qui est une insulte ? Mais, les francs-maçons, ils sont maçons ; qu’ils viennent se faire débarrasser de ces pouvoirs diaboliques ! C’est ce que vous appelez ’’insulte’’ ? Je dis qu’ils sont mal polis, que le séminaire ne les a pas éduqués, sinon, ils sauraient comment parler à une grande personne.
Quand on voit une grande personne, on enlève son chapeau et on s’incline, on ne regarde pas le visage de Dieu ; le bon chrétien, même quand il va au Saint-Sacrement, il n’ose pas le regarder, à cause de ses péchés. Et, eux, ils voient Dieu et ils osent soulever la tête ! J’en parle et ils disent que Je les insulte. Ce n’est pas sérieux. Mais, rapprochez-vous de Banamè pour savoir ce qu’ils appellent ’’insultes’’ et ’’menaces de mort’’. Mais, ils vont mourir.
C’est Moi Qui ai fait disparaître Sodome et Gomorrhe, parce qu’elles n’ont pas suivi mes conseils, elles n’ont pas respecté mes commandements et, tous ceux qui vont s’entêter, mourront ; je le dis et je le répète : ils mourront, qu’ils le veulent ou pas et, ils savent qu’ils vont mourir, parce que Je les ai assez suppliés, des enfants gâtés, des enfants pourris, que j’ai suppliés ! J’ai pleuré, Je me suis mis à genoux, pour leur demander de se convertir, pour leur expliquer que Je suis venu pour eux tous. Au début, Je leur ai même donné un délai pour qu’ils se rendent sur la Colline ; je leur ai dit : « Venez, mes enfants, Je veux vous sauver. Mais, convertissez-vous. » Je ne suis pas venu pour leur mal, il suffit que tout le clergé béninois se convertisse, aujourd’hui et, ils resteront pasteurs de l’Eglise catholique, pourvu qu’ils abandonnent la sorcellerie et les mauvaises pratiques, qu’ils soient des responsables, de bons bergers et, Je serai fier d’eux. C’est parce que Je ne suis pas fier d’eux, c’est parce que Je n’ai pas encore ce que Je veux – car Je ne m’attendais pas à ces résultats-là – que Je dis : « Convertissez-vous pour que nous soyons vraiment Père et fils. » Maintenant, ils ne veulent pas et, ils disent que Je les insulte ! Mais, ils vont mourir, ils vont mourir, parce que, des sorciers ne vont pas diriger Mon peuple et, ils ne sont pas les seuls ; les sorciers mourront s’ils n’abandonnent pas la sorcellerie, les illuminatis mourront, les francs-maçons mourront et, tous ceux qui sont avec les forces du mal, mourront. C’est ça, parce qu’ils ont détruit mon monde, le monde ne leur appartient pas ; ils n’ont qu’à aller créer leur monde pour s’en accaparer, c’est ça !



Dieu Esprit-Saint, quel sort est-il réservé, aujourd'hui, à l’église catholique romaine ?



Quel sort est réservé à l’église catholique romaine ? Mais, J’ai déjà tout dit : l’église catholique romaine a assez longtemps duré et, elle est restée privée, tout le temps, parce que l’église, de tout temps, a été prise en otage par les Romains ; ils ont pris l’Eglise en otage, depuis des siècles. Aujourd’hui, l’Eglise est devenue universelle, elle n’est plus romaine.
L’Eglise catholique est universelle, aujourd’hui et, le sort qui est réservé à ses dirigeants, est qu’ils vont partir ; ils vont partir, ce n’est pas un héritage de leur père pour qu’ils se l’accaparent. Moi-même, le Père de l’Eglise, Je suis là ; Je viens prendre ma maison pour que les voleurs s’en aillent, pour que les profiteurs s’en aillent.



… La preuve en est que vous avez choisi le Pape Christophe XVIII et, déjà, à Banamè, les travaux de construction du Vatican démarrent, tout cela, pour donner un signal fort, un message fort, pour dire que, désormais, « C’est fini ! » Est-ce que cela veut dire que le Vatican, c’est désormais au Bénin et que, c’est à Banamè qu’il faut que l’humanité toute entière tourne ses regards ?



Oui, absolument ! Désormais, le Vatican, c’est Banamè ; il n’y a plus de vatican ailleurs. Il y a déjà le Pape Christophe XVIII ; je l’ai consacré, Moi-même, Pape céleste et terrestre. C’est lui qui est à la place de Pierre, aujourd’hui. Donc, c’est le Pape Pierre II, sous-entendu. C’est parce qu’on ne veut pas reprendre avec les anciennes pratiques qu’on n’a pas choisi ’’Pierre’’ et qu’on a dit ’’Christophe’’, sinon, c’est Christophe XVIII qui est le Pierre II, aujourd’hui. Donc, il est le Pape de l’Eglise catholique de Dieu le Père, aujourd’hui, sur le monde entier.
Dans le monde entier, il n’y a pas deux Papes, si ce n’est Christophe XVIII ; c’est lui seul, il n’y a pas de François, il n’y a pas de Benoît, c’est Christophe. C’est celui que Je choisis qui est Pape, normalement. Maintenant, tous mes cardinaux, mes évêques, mes prêtres, ce sont eux que J’ai choisi, Moi-même ; Je vous ai dit ça, à travers des prophètes, dans la Bible : « Je choisirai des pasteurs selon mon cœur. » Et, c’est ce que Je fais, aujourd’hui. L’Eglise catholique, aujourd’hui, c’est Banamè.
Que Je vous le dise en même temps, J’en profite pour vous informer :
Primo, sachez que, qui que vous soyez, Président, Je ne sais trop quoi, quel que soit ce que vous êtes dans le monde, aujourd’hui, sur cette terre, du moment que vous respirez mon air, si vous vous dites chrétien de l’Eglise catholique et que vous ne reconnaissez pas Dieu Esprit-Saint Qui a pris chair en Parfaite, à Banamè, comme votre Dieu, le Père de cette Eglise, sachez que, dans les jours à venir, vous aurez des problèmes, parce que Je ne vous considère pas. C’est ça et, pendant les trois jours de tribulation à venir, Je ne vous considère pas parmi ceux qui seront sauvés.
Secundo, si vous êtes homme, que vous respirez Mon air, que vous ne Me reconnaissez pas en tant que votre Dieu, en tant que votre Dah-Gbo, votre Grand-papa céleste et que vous continuez à croire en d’autres choses qu’en Moi et Mon Fils, Jésus-Christ, il faut savoir que, vous aussi, vous êtes foutus et que, les jours à venir vous surprendront !
A partir de maintenant, tous ceux qui se moqueront de Banamè et qui vont prétendre être fils de Dieu, qu’ils sachent qu’ils n’auront plus Ma faveur, parce que, Je suis resté, tout le temps, en haut, vous n’avez pas cru en Moi, vous M’avez toujours ignoré, vous vous êtes toujours foutus de Moi et, Je suis là, maintenant et, si vous reprenez la même chose, ça va chauffer, parce que, Je suis la patience, mais, Ma patience a des limites ! Si vous voulez vous faire griller, vous pouvez vus entêter. Que tous les hommes du monde entier réfléchissent vraiment à ce qu’ils sont en train de faire, parce que la vie est un choix. S’ils veulent choisir le Dieu de Banamè, qu’ils le fassent ! S’ils veulent choisir Belzébul, qu’ils le fassent et, qu’ils soient à toutes les conséquences qui vont en découler ! Que tout le monde sache cela, qui que vous soyez : hommes religieux, politiciens, quoi que vous soyez !



Les trois jours de tribulation dont vous parlez, c’est la troisième fois que vous évoquez cela. De quoi s’agit-il, en réalité ?



Les trois jours de tribulation, c’est le retour de Jésus-Christ, dont Il vous a parlé ; Il vous a dit qu’Il reviendrait ; l’heure est en train d’en être sonnée : Il reviendra, en chair et en os, pour clarifier la situation et, on saura qui est qui, qui est en train de l’adorer et qui n’est pas en train de le faire.  

  

Son Père est là. Donc, Il va revenir, malgré la présence de Son Père ?



Oui ! Il a dit qu’il vous enverrait Son Père, l’Esprit-Saint, qu’Il ne vous laisserait pas orphelins. Dans le même temps, Il vous a promis qu’Il reviendrait Lui-même ; Il vous a promis les deux. Donc, les deux sont en train d’arriver. Si vous rêvez encore, vous serez surpris d’être étonnés, parce que, les trois jours de tribulation vont surprendre l’humanité entière ; tous ceux qui se disent riches ou milliardaires, ou puissants, on verra bientôt qui est puissant !



Cela est imminent ?


Vous verrez !


Qu’est-ce qui va se passer, concrètement ?



Jésus revient, dans Sa gloire ; Je L’ai précédé pour venir avertir qu’il faut se convertir et venir à Moi, parce qu’Il a bien dit que tous ceux qui obéiront seront pardonnés. Il a bien dit qu’Il est là pour montrer le chemin qui mène à Son Père ; Jésus l’a bien dit, quand Il était dans ce monde et, Il vous en a montré le chemin.
Maintenant, le Père est là. Si, vous, en tant que chrétiens, vous vous rappeliez ce qu’il avait dit, si vous devez aller à son Père ou pas, vous devriez le savoir, puisqu’il vous a dressé le chemin, avant de partir ; le chemin est toujours là, le Père est là maintenant, c’est à vous d’aller vers le Père. Maintenant, Il attend que ceux qui croient en ses paroles, aillent vers le Père. Vous, vous refusez que c’est le Père, il revient maintenant pour clarifier la situation ; c’est quand il va revenir que les choses vont se passer : la nuit tombera en plein jour, c’est par là que ça commencera, des gens vont mourir en séries, en gros, tout un quartier peut mourir, tout un pays peut mourir et, il y aura de grands tremblements de terre, des ouragans, il y aura des tornades ; beaucoup de choses vont se passer, beaucoup de gens vont mourir et, il va assainir le monde, il va nettoyer et séparer la lumière des ténèbres, le mal du bien. Tous les sorciers mourront, tout ce qui est mal sera calciné et détruit à jamais. Et, après les trois jours de tribulation, ceux qui vont se retrouver vivants sauront que ce sont eux qui ont accepté& Dah-Gbo, qui ont accepté Dieu Esprit-Saint.
Ce qui va se passer, Je ne peux pas tout vous dire. Vous aussi, si vous avez la chance, en tant que journaliste, vous serez là, quand les trois jours de tribulation viendront. Si vous avez la chance de survivre après les trois jours, on se reverra mais, si vous n’en avez pas la chance, vous partirez.

Qu’est-ce que je dois faire, moi, pour survivre à ces trois jours de tribulation, moi, comme les milliers de personnes qui Vous écoutent ou qui Vous liront à travers le monde ?

Il te suffira de venir à Banamè et d’accepter ton Dieu, de respecter tout ce qu’on va te dire, c’est-à-dire, de suivre les commandements. Moi, Je ne dis rien, Je n’enseigne rien, à part l’Amour, l’Humilité et la Miséricorde ; c’est le vraie doctrine que J’enseigne : ayez lz foi, acceptez Jésus-Christ, acceptez Dieu Esprit-Saint, croyez, convertissez-vous.
Tout ce que Je viens de dire, ça devrait te servir d’enseignement, déjà et, si tu dois te convertir, tu as déjà tout pour être converti. Mais, si tu veux mourir, tu meurs.



Des dispositions pratiques ?



Les dispositions pratiques, même si on en parle maintenant, est-ce que ceux qui ne sont jamais venus à Banamè peuvent comprendre ? Il faut se rapprocher de Banamè, pour mieux comprendre, sinon, tu ne sauras pas ; tu vas rester loin et bavarder, parce qu’on parle d’huile. Maintenant, on dit que tout le monde doit prendre l’huile, mais les gens critiquent cela ; il faut se rapprocher, pour mieux comprendre, c’est tout ce que Je peux dire à propos.



Le renouveau charismatique, dans l’église catholique, a, pendant longtemps, été combattu, avant d’être acdepté. Mais, de nos jours, il y a beaucoup de bergers qui commencent à déchanter et qui regagnent Banamè. Que se passe-t-il là, puisqu’ils sont tous Vos enfants aussi ?



Vous savez, le renouveau charismatique, quand ça a commencé, c’était vraiment l’œuvre de l’Esprit-Saint. Mais, avant d’entrer dans les détails, je vais vous dire quelque chose : si, jamais, vous voyez une œuvre de Dieu que l’église catholique accepte, sachez que c’est devenu diabolique, que Belzébul s’est infiltré. Si, jamais, l’église catholique accepte Banamè, c’est que, ce n’est plus Dieu. Pour tout cela, je veux vous rassurer.
Le renouveau charismatique était vraiment divin, c’était de Dieu mais, après, Belzébul a corrompu ses animateurs, la sorcellerie est entrée dedans et tous les dirigeants sont devenus sorciers. C’est seulement lorsque c’est devenu un truc de démon que l’église l’a accepté.
Au début, l’église ne l’a pas accepté amis, quand elle est arrivée à s’y infiltrer et à nouer des liens avec le démon, vous avez vu que ça a changé rapidement, radicalement ; l’église l’a accepté brusquement. Quand le démon s’infiltre, l’église adore ça, l’église accepte ; quand je parle d’église, c’est, sous-entendu, les hommes d’église.
Donc, aujourd’hui, s’ils sont contre Banamè, c’est parce que, c’est plus une organisation de Dieu. C’est un groupe de sorciers qui se rassemblent pour tromper les gens, pour voir, parmi ceux qui croient en eux, et voir quelle viande pêcher. Le renouveau charismatique, aujourd’hui, ce n’est plus un mouvement religieux, c’est un truc diabolique ; les ignorants ne savent pas et ils croient bêtement en cela ; il faut retenir que ce n’est plus rien de Dieu.



Allons un peu sur la Colline Sainte de Banamè ; le pèlerinage de l’Assomption a drainé plus que 400 mille personnes. D’ici un an, l’espace de 10 hectares de Sovidji ne suffira plus pour contenir les pèlerins. Que faire dans ce cas ? N’allez-Vous pas solliciter le concours de l’Etat béninois ?



L’Etat béninois, quel Etat ? C’est moi, l’Etat, maintenant, Je suis l’Etat du monde. Au Bénin, J’ai dit, la fois passée : « Je suis le 1er des Béninois, Je suis le Président du monde, Je suis votre Dieu ! » Quel Etat béninois ? Est-ce que l’Etat se soucie de quelqu’un ? Si l’Etat doit aider quelqu’un, c’est les ’’vodounon’’ ; s’il n’y a pas de fétiches, l’Etat ne réagit pas. Est-ce que les membres de l’Etat aiment la vérité ? Eux-mêmes, ils sont dans l’obscurité, ils sont souillés aussi et, ils sont dans la même direction que l’église catholique romaine ; ce sont des mafieux, ils ne sont pas avec nous, ils ne sont pas dans notre esprit.



Là, Vous êtes dur !                

           

Mais, l’Etat n’est pas là pour Dieu, Dieu n’a qu’à se débrouiller ; l’Etat ne se préoccupe pas de Dieu, l’Etat adore le démon. Si c’est un truc diabolique, l’Etat subventionne cela, l’Etat aide cela, l’Etat réagit. Tenez, pour cette histoire d’Ogboni, J’ai appris que l’Etat l’a soutenu pendant longtemps et a donné des passeports diplomatiques. Mais, nous, aujourd’hui, quand on veut voyager, c’est des problèmes. L’Etat n’est pas là pour Dieu, en fait, alors que, Banamè, aujourd’hui, c’est pour le développement du pays. Je viens de vous le dire : l’Etat ne se préoccupe pas de ça, ce n’est pas son souci, il sait dans quoi il investit. Moi, Je ne vais pas solliciter son aide, Dieu sait se débrouiller.
Moi, Je me suis toujours débrouillé pour que vous vous réveilliez tous les jours, pour que vous dormiez toujours en paix ; Je me suis toujours débrouillé pour que vous ayez la santé, Je Me suis toujours débrouillé pour accueillir ces milliers de personnes sur la Colline, Je sais comment Je Me débrouille, Je n’ai pas besoin de l’Etat, pour qu’il commence à m’embêter. Même si la Colline ne suffit pas, Dieu ne manque jamais d’espace dans Sa maison pour Ses enfants ; il y aura toujours d’espace pour Mes enfants, il n’y a pas d’inquiétudes, Je sais comment M’y prendre.



Vous avez aussi démarré les travaux de construction du Vatican, sur un site de 16 hectares ? C’est assez de ressources à mobiliser. Comment entendez-vous procéder ?



C’est des milliards à consentir et, Je sais comment les mobiliser. Je n’ai pas une machine qui compte de l’argent, Je n’ai pas un arbre dans Ma chambre qui produit de l’argent mais, Je sais comment mobiliser cela. Vous savez, n’oubliez quand même pas que Je suis le Maître de la création et que toutes les richesses M’appartiennent ; tout ce qui est sous la terre et sur la terre, est à moi, tout ça m’appartient. Donc, Je réalise mes œuvres quand Je veux, comme Je veux, avec les moyens que J’ai Moi-même créés. Je sais comment procéder, ne vous inquiétez pas pour ça.
Aujourd’hui, on demande aux gens de donner une petite participation pour le Vatican et ils n’arrivent pas à la donner. On a lancé un appel à contribution pour la construction du Vatican et, nous ne sommes même pas à 35 millions. Mais, nous avons des trucs valant des milliards à faire. Vous, vous avez peur mais, Moi, Je n’ai pas peur. Vous verrez le Vatican sortir de terre ; le Vatican se construira de lui-même, vous verrez.



Plus d’un pèlerin a vu, en ce mois d’août, la Vierge Marie pleurer à Sovidji. Quelle en est la signification ?



Vous voyez, quand la Vierge Marie pleure, à n’importe quel endroit, sachez que c’st un message. Un message pour le monde entier, un message de conversion. Mes enfants, convertissez-vous, parce que l’heure est grave ! Et, quand la Vierge Marie se manifeste quelque part, c’est qu’elle est en train de dire à ceux qui sont à cet endroit-là d’aller annoncer au monde entier de se convertir, parce que l’heure est grave. Si la Vierge Marie a pleuré sur la Colline, c’est qu’elle est en train de dire à ses enfants qui sont venus fêter avec elle sur la Colline d’aller annoncer à ses autres enfants qui ne la connaissent pas encore, qu’elle les aime, qu’elle est là, parmi eux, et qu’elle veut qu’ils se convertissent. C’est le message ; la Vierge Marie, quand elle se manifeste dans des endroits, elle ne vient jamais en souriant, elle vient toujours en pleurant ; c’est mon épouse et Je l’appelle la « Vierge pleureuse ». Elle pleure toujours, pour dire à ses enfants : « Venez à moi, venez à moi, venez à moi ! » C’est son message. C’est pour vous dire, à vous qui ne vous êtes pas encore rendus sur la Colline, de vous convertir, car l’heure est grave, surtout avec les trois jours de tribulation, qui viennent à grands pas.



Nous avons appris que Vous êtes allé au Gabon avec le Saint-Père, le Pape Christophe XVIII, deux de vos cardinaux et des prêtres. Pourquoi le Gabon et qu’est-ce que Vous y êtes allé faire ?



Pourquoi le Gabon et qu’est-ce qu’on y est alla faire ? C’est vrai, Je suis allé au Gabon avec le Pape Christophe XVIII, deux de mes cardinaux et deux de mes prêtres. Pourquoi le Gabon, parce que, le Gabon est choisi, juste comme ça et, surtout, parce que, les forces du mal ont vraiment assiégé le Gabon ; le Gabon est un pays de Belzébul. Et, nous sommes en train de sillonner un peu les pays de Belzébul. Là où Belzébul règne en maître, c’est par là qu’il faut commencer, c’est par les terrains minés qu’il faut commencer, parce qu’il faut détruire le mal à la racine. Donc, on a fait un saut au Gabon, pour détruire Belzébul et délivrer ceux qui sont possédés. C’est dans l’esprit de la Mission de Banamè qu’on est allés au Gabon, pour que les Gabonais sachent, eux aussi, que leur Dieu est là, pour qu’ils profitent, comme les Béninois, qu’il y ait la paix. On est allés leur apporter la paix, la joie, la quiétude et la foi. On est allés leur apporter l’éternité, la joie du ciel, le paradis. Ils ont goûté au bonheur, ils ont goûté à Daagbo et, des milliers de personnes ont été délivrés, beaucoup ont eu la guérison. Donc, c’est toujours la Mission qui nous a amenés au Gabon. C’est la même chose qu’on a fait au Gabon qu’on fait au Bénin : enseignements, délivrances, bénédictions, écoutes et, tout le reste. Donc, c’est la même chose.



Avez-vous un programme pour le reste de l’Afrique et le monde entier ?



Bien évidemment ; cela devrait aller de soi. L’Afrique et le monde entier connaîtront Banamè, ils viendront tous à Banamè, les hommes du monde entier. Je viens de dire que, qui que vous soyez sur la planète, si vous ne vous rendez pas à Banamè, vous êtes foutus ! Aujourd’hui, le salut, c’est Banamè ; Je le dis et Je le répète : c’est Banamè ; si vous ne foulez pas le sol de Banamè aujourd’hui, sachez que vous n’êtes plus, un point, c’est tout ! Et, c’est la dernière chance pour l’humanité. Que les oreilles entendent ! C’est la dernière chance ; il n’y aura plus un autre Dieu Qui va venir après. C’est la dernière chance, il faut la saisir.



Nous avons appris que Vous avez plus de 200 enfants à charge : des élèves, des étudiants, des apprentis artisans, notamment. Pouvez-Vous nous parler un peu de Vos œuvres sociales sur terre et du sens que cela revêt ?



Mes œuvres sociales sur terre ! C’est vrai : à ce jour, j’ai déjà au moins 220 enfants. Et, comme vous venez de le dire, - vous êtes bien informé – il y a des étudiants, des apprentis, des élèves, des écoliers, etc. Il y a un peu de tout.
Vous voyez, Je suis parmi vous pour vous sauver, pour vous montrer que Je suis quand même votre Papa, votre Grand-papa, et que Je ne suis qu’Amour. Tous ces enfants, qui sont avec Moi, la majorité d’entre eux ont été délivrés de la sorcellerie et, du coup, leurs parents les ont abandonnés, parce qu’ils n’ont plus confiance en eux ; ils ont détruit leurs familles. Ces enfants, quand ils étaient dans la sorcellerie, ont détruit leurs familles. Donc, celles-ci les ont rejetés et, Moi, Je les ai pris en charge, parce qu’ils iront à qui ? Voilà qu’ils sont rejetés de partout ! Ils iront à qui ? Ils n’ont nulle part où aller. Je suis leur Dieu, ce sont Mes créatures. Donc, Je les ai pris en charge, pour prendre soin d’eux. Il y en a parmi eux qui sont des orphelins et n’ont plus personne, que J’ai pris en charge pour prendre soin d’eux. Ce sont là, les catégories d’enfants que J’ai.
Donc, c’est une œuvre sociale que Je fais ; Je Me débrouille avec ; si Je trouve un peu d’argent, c’est pour eux que Je l’investis. C’est vrai que c’est une tâche ingrate ; tu l’accomplis et on ne te la reconnaît plus. Mais, ce n’est pas à cause de ça que Je vais arrêter de la faire ; je continuerai, parce que l’ingratitude est de votre nature. Je vous connais et, pourquoi Me plaindre ? Vous êtes Mes enfants et, qu’on apprenne que Dah-Gbo a des enfants, ne devrait pas étonner ; il ne peut en être autrement, ce sont des enfants abandonnés qui n’ont personne et dont J’ai la charge. Je m’en occupe bien, autant que Je le peux.



Et, c’est là, justement, le mystère. Comment arrivez-vous à mobiliser les ressources pour entretenir tous ces enfants ?



Vous voyez, Je sais comment m’y prendre. Tout ce que Je trouve, de part et d’autre, les dons que les chrétiens font, de temps en temps, parce que les gens font des dons : ils donnent du maïs, du riz, du haricot, de l’huile, un peu de tout. Et, les petits sous que Je trouve de part et d’autre, par rapport à ceux qui disent : « Dah-gbo, tiens, Tu m’as fait ci,Tu m’as fait ça et, je tiens à Te remercier ! », les petites enveloppes, c’est ça que Je regroupe et, c’est avec cela que Je les nourris, parce que Je n’ai plus de ressources, Je n’ai pas de sources de revenus, Je n’ai pas de partenaires financiers.
Beaucoup de gens critiquent Banamè, aujourd’hui : « Ils vendent ci, ils vendent ça … » Ce que ces gens ignorent, c’est que, tout ce qui se vend, cela ne Me revient pas, le bénéfice ne m’en revient pas, en tant que tel.
Si nous prenons le cas des sacramentaux, du sel et de l’huile, nous avons jusqu’à 46 salariés qui vendent et quand ils le font, ils prennent les bénéfices eux-mêmes. Vous pouvez vous rapprocher de ces gens-là et faire vos enquêtes, leur poser des questions. Ce sont eux-mêmes qui se nourrissent du commerce qu’ils font. Donc, en quelque sorte, Moi, Je les nourris, par là. C’est un peu ça et, il y a beaucoup de choses qui se vendent sur le terrain, dont Je ne suis pas au courant, dont Je ne suis pas responsable. Des gens se font des commerces et, ils trouvent des bénéfices ! Ce n’est pas tout ce qui se vend sur le terrain qui me revient et, ainsi, Je Me débrouille avec Mes enfants. J’essaie de les nourrir et de le faire avec le peu.
Mon budget mensuel est, déjà, de près de 8 millions : les enfants, leur petit-déjeuner, leur nourriture, leur ci, leur ça et, la scolarité annuelle revient de 20 à 25 millions de Francs CFA. C’est beaucoup d’argent et, pourtant, personne ne nous aide ; il n’y a pas d’organisme qui nous donne quoi que ce soit. On se débrouille.



N’allez-vous pas faire appel à ces organismes ?



Non. Au début, le Saint-Père avait voulu que l’Unicef nous aide mais, au finish, l’Evêque d’Abomey leur a dit de ne pas nous aider, parce que cette institution voulait son accord. Comme lui, il était un prêtre, en son temps et qu’il n’a pas accordé cela, l’Unicef aussi est partie et, depuis ce temps, Je n’ai plus fait appel aux organismes, parce que, Je me suis dit que ce sont des hommes de ce monde et qu’avant de t’aider, ils doivent avoir leurs intérêts, ou bien, amener les journalistes ; ils aiment les tapages médiatiques et, c’est des trucs comme ça. Donc, Je ne fais pas appel à des organismes ; Je Me débrouille. Ce n’est pas de la charité chez eux, ils savent à qui ils donnent, ils savent dans quoi ils investissent. Je viens de le dire tout à l’heure : c’est de la politique et, quand tu n’es pas dans la mafia, il vaut mieux ne pas espérer.



Un message pour l’humanité entière ?



Je tiens à dire à l’humanité, à tous les êtres humains qu’aujourd’hui, Je suis parmi eux, Je suis parmi Mes enfants, Mes enfants que J’ai toujours aimés et que J’aimerai toujours. Et, Je tiens à leur demander, franchement, d’accepter de se faire sauver, parce que l’heure est grave ; des gens vont mourir, ils vont mourir et, à l’heure où nous parlons, qu’ils courent vraiment pour se faire racheter ! Il faut qu’ils se rattrapent, il faut qu’ils rattrapent tout ce qu’ils ont perdu.
Que tous les hommes de la terre sachent que Je suis là, Moi, le Dieu d’Abraham, le Dieu de Jacob, Moi, le Dieu de David, de Moïse, des prophètes, le Dieu de tous les temps, Créateur du ciel et de la terre, le Papa de Jésus-Christ, l’Epoux de la Vierge Marie, Dieu, aujourd’hui, Dieu, hier, Dieu, demain, Dieu, jusque dans l’éternité, Je suis là, nous ne sommes pas jumeaux, Je suis le seul et, toutes les âmes M’appartiennent. J’ai le droit de vie et de mort qur chacun et, c’est ce que Je décide qui se passe.
Il faut que le monde sache que Je suis là, pour son bien, pour qu’il goûte au bonheur, à la joie qu’on ressent, quand on est vraiment chrétien et que, comme Jésus-Christ l’a fait, avec des milliers de personnes à qui il a donné à manger, il restait encore 12 paniers, Je suis là, pour que Mes enfants mangent, pour que Mes enfants ne meurent jamais de faim. Qu’ils sachent que Je suis là, pour refonder l’Eglise catholique, pour que l’Eglise puisse sentir bon, pour que l’espoir puisse renaître.
Aujourd’hui, il est permis d’espérer, il est permis de jubiler, de crier victoire et de crier « Alléluia ! » Je suis là pour sécher les larmes, pour apaiser les cœurs. Je suis là pour que la paix et la joie règnent dans les familles, pour que, comme père et fils, nous soyons en famille. Je suis là pour le bien de l’humanité et Je suis le Dieu créateur de l’univers, Créateur des mondes visible et invisible.
Il faut que les hommes sachent que, d’en haut, Je pouvais griller tout le monde. Malgré cela, compte tenu de Mon Humilité et de Ma Miséricorde, Je suis venu, Je me suis rendu tout petit pour être là.
Ce n’est pas parce que Je suis dans le corps de Parfaite que Je suis un être humain ; Je Me suis fabriqué ce corps, juste pour rendre les choses plus faciles, pour vous mettre à l’aise, pour que vous n’ayez pas peur de moi, c’est tout ! Je ne suis pas un être humain comme vous, ce n’est pas la forme que J’ai prise qui est le plus important, Je peux devenir arbre, lion, Je suis toujours Dieu ! La forme importe peu et, il faut qu’ils sachent, les grands de ce monde, ceux qui se disent grands, ceux qui ont des diplômes, qu’ils sachent que Dieu n’est pas une leçon qu’on apprend, Dieu est une expérience que chacun vit à son niveau ! C’est la façon dont Dieu se manifeste à chacun, c’est cela qui est l’expérience de chacun. Il faut qu’ils sachent cela : Dieu, ce n’est pas la doctrine qu’on apprend ou la théologie qu’on nous a apprise, non ! Dieu, c’est une expérience.
Moi, Je peux Me manifester à toi sous l’apparence d’un petit enfant et me manifester à l’autre, sous l’apparence d’un vieillard ; l’autre va dire : « Dieu Esprit-Saint est vieillard » et, toi, tu vas dire : « Dieu Esprit-Saint est un bébé », c’est comme ça ! Tout dépend de l’expérience que chacun a de Dieu.
Donc, qu’ils sachent que Dieu, ce n’est pas des illusions, ce n’est pas de l’imagination, Je suis une réalité, Je ne suis pas le mystère, Je suis la réalité, Je suis la vie. C’est ça. Et, arrêtez d’être bornés, fermés, toujours tout braqués ! L’enfant de Dieu est libre ; la foi, c’est, d’abord, la liberté, l’épanouissement. Quand vous êtes fermés, ça veut dire que vous êtes malades, parce que, celui qui vous parle de Dieu, c’est aussi un enfant de Dieu et, il peut être inspiré par Dieu.
Ce n’est pas toi seul qui est enfant de Dieu ; ceux qui vont à Banamè, quand ils vous parlent, acceptez-les, parce qu’ils sont des créatures de Dieu aussi et peuvent être inspirés par Dieu. Vous n’êtes pas les seuls intelligents sur la terre ; ces milliers de personnes qui vont sur la Colline, ils sont aussi intelligents, ils ont aussi des doctorats et des diplômes, et réfléchissent aussi !
Il faut donc accepter les choses terre-à-terre, il faut être simple dans la vie et savoir que, si Dieu décide de venir dans cette humanité pourrie, c’est pour cause. Je ne suis pas là pour blaguer, Je ne suis pas là pour faire de la comédie ou pour faire du théâtre, Je suis sérieux, ce n’est pas de la blague. Et, l’heure est grave ! Que chacun réfléchisse et fasse son choix, entre Dieu et le démon. Mais, Je vous annonce que, bientôt, - ce n’est même pas bientôt – Belzébul vous a déjà faussé compagnie et que, si vous ne revenez pas à Moi, vous êtes grillés ! Vous allez connaître le même sort que Belzébul. Ceux qui comptent sur le démon, qu’ils sachent qu’ils sont foutus, parce que, Belzébul, lui-même, il cherche, maintenant, sur qui compter. Donc, vous avez intérêt à revenir à moi, sinon, vous allez connaître le même sort que le démon.
J’aime beaucoup mes enfants ; Je tiens à leur dire que Je les aime et qu’ils sont toujours Mes enfants, méchants ou bons. Ils sont toujours mes enfants et, Je les attends toujours, qu’ils se rapprochent de Banamè, avant de parler ! Qu’on ne reste pas loin, pour bavarder, car qui n’a pas fait l’enquête n’a pas droit à la parole.
Je vous aime beaucoup ! Merci, merci beaucoup !



Propos recueillis par Radio Trait d’Union (Bohicon, en République du Bénin)                             

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire