L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

lundi 24 février 2014

Dieu Esprit-Saint Daagbo parle aux syndicalistes, aux apprenants et au Gouvernement

"Aux gouvernants, nous rappelons qu’il ne suffit pas de crier la paix pour qu’elle advienne" 


Face à la crise sociale qui secoue actuellement le Bénin, la Mission de Banamè a décidé de se prononcer. C'est ainsi que Dieu Esprit-Saint Daagbo, Dieu Créateur du ciel et de la terre, Dieu de toutes les nations, est monté au créneau, par le biais du présent communiqué, pour appeler toutes les parties en conflit à renouer avec la sortie de crise et sauver l'année scolaire en cours. 


Son Éternité Dieu Esprit-Saint Daagbo


Eglise Catholique de Jésus-Christ              Banamè le 20/02/2014
Cité de la Cour Céleste
Banamè
03BP 135 Abomey
Tél : 95 33 77 58/97 11 46 81


Message de Daagbo à la Nation béninoise

         Le Bénin vit actuellement  un temps difficile de crise morale, religieuse  et sociopolitique qui n’épargne aucune couche.  Il règne un climat général de tension et de frustration qui nous mène vers une destination que les hommes méconnaissent.  L’actuel mode de gouvernement que nous observons semble se baser sur l’ethnocentrisme, le régionalisme, le népotisme, l’usage de la force brutale, la chasse aux sorcières, les règlements de compte, etc. Les plus faibles de la société n’ont plus droit à une justice équitable. Les plus forts ont toujours raison.
Sur le plan religieux, par exemple, et depuis plus de cinq ans, une frange de la population  béninoise est victime de multiples injustices et persécutée au nom de leur croyance religieuse. Il s’agit nommément  des chrétiens de l’Eglise catholique de Jésus-Christ de la Cité de la cour Céleste de Banamè qui sont sujets à toutes les formes de violences et de persécutions sans pouvoir jamais se faire rendre justice.
Au plan socio-politique, l’intensité et la persistance des grèves et leurs corollaires  sont des indicateurs majeurs du climat social actuel. Cette situation est induite par une injustice flagrante dont les fonctionnaires de l’Etat sont la cible. Les ponctions sur salaires opérées comme mesures répressives de ces grèves, n’ont pas été favorables à l’apaisement de ces tensions sociales mais ont concouru, bien au contraire, à les raviver, comme cela a toujours été le cas sur tous les plans.
Au regard de cette méga crise qui va de mal en pis et paralysant tous les secteurs vitaux du pays, Nous, Daagbo, Dieu Esprit-Saint, Créateur du Ciel et de la terre et tous les dignitaires de l’Eglise Catholique de Jésus-Christ de Banamè, de par notre devoir d’éveilleurs de conscience des hommes de ce temps, avons jugé impérieux d’adresser à tous les grévistes ce message qui n’a rien de politique ni d’invitation à la foi au Dieu de Banamè.
C’est vrai, votre lutte pour l’amélioration de vos conditions de travail, est tout à fait légitime.
C’est aussi vrai que la persistance des mouvements de débrayage est signe de non satisfaction de vos revendications.
Et nous reconnaissons que ce n’est pas dans le silence que vous ferez savoir aux gouvernants vos peines et vos aspirations dans votre travail au service de l’Etat.
 Nous sommes bien conscients des frustrations continues dont vous êtes victimes dans votre travail au service de l’Etat et de la nation. Nous sommes aussi bien conscients des nombreux sacrifices que vous consentez chaque jour pour le bien-être de la nation, et vous félicitons très sincèrement pour votre abnégation et votre sens aigu de responsabilité.
Nous savons que la grandeur d’âme qui vous caractérise et vous pousse à vous sacrifier pour votre pays, vous fera entendre notre cri de cœur en ce moment et nous implorons votre indulgence.
Nous vous supplions  de recevoir  favorablement nos doléances, quelles que soient vos convictions politiques ou votre appartenance religieuse. Nous comptons sur la sensibilité de vos cœurs paternels et maternels. Dieu a mille manières de récompenser ses enfants.
Nous vous promettons que le Ciel ne vous décevra pas; la cour céleste vous rendra justice et  vos problèmes personnels trouveront solution. Car il vaut mieux la faveur du Ciel que celle des hommes ; Dieu seul peut combler tous les besoins de l’homme.
Aux élèves et aux étudiants nous recommandons humblement une prise de conscience de la situation et qu’ils se rendent disponibles pour aider les enseignants à se rattraper dans l’exécution des programmes académiques et universitaires.
Aux gouvernants, nous rappelons qu’il ne suffit pas de crier la paix pour qu’elle advienne. C’est un comportement. Ce n’est pas en versant de l’huile sur  le feu qu’on l’éteint mais en y versant de l’eau.
Pour peu que vous aimiez encore ce pays et dans votre sempiternelle recherche de la paix, soyez sensibles aux cris de détresse des travailleurs en leur restituant leur dû. Il y a déjà crise économique et il ne faut pas en rajouter par les défalcations continues. Cela concourra à la décrispation du climat social. L’avenir des enfants et des jeunes est en jeu.
Le respect des libertés publiques par les gouvernants est un gage majeur de paix sociale dans un Etat de droit.
Nous disons un sincère merci à tous les protagonistes de la crise sociopolitique actuelle pour leur sens profond d’amour pour leur patrie, et pour la partition  que chacun y jouera pour son heureux dénouement afin de  ramener la paix au Bénin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire