L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

mercredi 5 février 2014

Point de presse de la Mission de Banamè

L'Eglise Catholique de Jésus-Christ réagit au Communiqué du Conseil des Ministres


Son Eminence Jean Cardinal Viatonou, au centre, présentant la déclaration de la Mission de Banamè.

Le Conseil des Ministres du Vendredi 31 janvier 2014 s'est intéressé à la Mission de Banamè, à travers cet extrait du Communiqué final :

 « Le Conseil des Ministres a également approuvé :
[…] un compte rendu du Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes sur la crise socio-religieuse qui prévaut dans le département du Zou. Il convient de rappeler que le 22 janvier 2014, le Ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes a fait état au Conseil des Ministres, des nombreuses plaintes qui lui sont parvenues, provenant aussi bien de certaines confessions religieuses (Eglise Catholique, religions endogènes) que des autorités politiques, administratives et royales accusant l’Eglise de Banamè/
Le Conseil des Ministres après avoir pris acte de ces informations avait dépêché une mission dans le département du Zou aux fins d’entendre tous les protagonistes.
En approuvant ce rapport, le Conseil des Ministres tient à rappeler à tout le peuple béninois que notre pays est un Etat laïc. De ce point de vue, notre Constitution garantit la liberté de conscience ; et à ce titre, chaque citoyen a le droit de pratiquer la religion de son choix.
Il est bien entendu que ce droit s’exerce dans le strict respect des dispositions constitutionnelles, légales et réglementaires en vigueur, dans la tolérance, la paix et la recherche de la concorde nationale.
Dans cette perspective, le Conseil des Ministres recommande vivement aux confessions religieuses professant leur foi dans notre pays :
-          Le respect des Institutions de la République et des autorités à tous les niveaux ;
-          La cessation immédiate de injures, des menaces, des contraintes et la profanation des lieux de culte ou considérés sacrés ;
-          La promotion du dialogue inter-religieux en vue de prévenir l’incompréhension et l’intolérance qui conduisent à l’affrontement et aux divisions ;
-          A l’église de Banamè de renoncer à l’utilisation des appellations et symboles de l’église catholique romaine et de créer sa propre identité en termes de dénomination, de symboles et d’habillements afin d’éviter toute confusion.
En tout état de cause, tout acte attentatoire et tout comportement contraire à l’éthique religieuse, à son fondement qu’est l’amour ne saurait être toléré dans un état de droit comme le Bénin.

Le Conseil des Ministres en appelle à la conscience et à la compréhension de tous. »  


Face à cette réaction, la Mission de Banamè a tenu, en cet après-midi de ce mardi 4 février 2014, un point de presse. Dirigé par Son Eminence Jean Cardinal Viatonou, entouré de plusieurs de ses pairs, des évêques de l'Eglise Catholique de Jésus-Christ, de prêtres et de soeurs religieuses, cette séance de partage devant les professionnels des médias a donné lieu à la publication du Communiqué ci-après : 



Eglise Catholique de Jésus-Christ                  Banamè, le 3 février 2014
Cité de la Cour Céleste
Banamè


Communiqué


Pas de paix sans justice et pas de justice sans équité


L’Eglise Catholique de Jésus-Christ est choquée et outrée par le caractère injuste et partial du compte rendu du Conseil des Ministres du vendredi 31 janvier 2014. Il n’y a pas de paix sans justice et il n’y a pas de justice sans équité.

En effet, il n’y a pas eu d’équité dans la mesure où le Conseil des Ministres des 21-22 janvier dernier a énuméré à l’encontre de l’Eglise Catholique de Jésus-Christ, Cité de la Cour Céleste, Banamè, des plaintes formulées par le collectif de l’église catholique romaine, des vodounons, et des politiciens. Ces plaintes font état « d’actes de vandalisme sur des édifices et des atteintes à des personnes et d’autres actes tendant à diviser des familles ».

La délégation interministérielle envoyée par le Gouvernement sur la Sainte Colline de Banamè, le jeudi 30 janvier dernier, aux fins de vérifier le caractère fondé de ces accusations, s’est rendu compte, suite aux échanges avec les dignitaires de l’Eglise de Banamè, que des incriminations évoquées supra, ne sont  nullement vérifiées. Ils ont pu comprendre :
-          Que c’est plutôt Banamè qui est sujet à toutes les formes de violences du clergé catholique romain dans leur coalition avec les vodounons et les politiciens, notamment, le Préfet des Départements du Zou et des Collines, Monsieur Armand Nouatin.
-          Que Banamè joue le rôle fondamental de réunification des familles et de délivrance des familles détruites par la sorcellerie.
-          Que Banamè n’a jamais ordonné la destruction de quelque forêt sacrée ni procédé à des actes de vandalisme mais est plutôt la victime de tous les affronts de tous les temps. Ce fut le cas, à Abomey, où le chef de collectivité, Dah Kpomalégni, à l’état-civil, Philippe Kpomalégni, mandaté par l’évêque romain des lieux et accompagné de jeunes délinquants du quartier Adandokpodji, mit à exécution leur plan révélé, la veille, à un de nos fidèles, sur la tentative d’assassinat de Son Excellence Monseigneur Gabriel Honhè de l’Eglise Catholique de Jésus-Christ. Ce fut aussi le cas à Zakpota, à Sokpa-dèli et à Louho où nos installations cultuelles ont été vandalisées et des violences et voies de fait sur nos fidèles recensées.

Le deuxième Conseil des Ministres a malheureusement occulté l’évidence de la fausseté de toutes les accusations. Le Gouvernement aurait fait preuve d’équité en restituant à l’opinion publique nationale et internationale, dans son dernier compte-rendu de Conseil des Ministres, ces évidences. Le Gouvernement aurait aussi fait preuve d’équité, d’impartialité en ne cherchant pas à plaire au clergé catholique romain lorsqu’il « recommande vivement à l’Eglise de Banamè de renoncer à l’utilisation des appellations et symboles de l’église catholique romaine et de créer sa propre identité, en termes de dénomination et d’habillement afin d’éviter toute confusion ».

Il importe ici de rappeler qu’à Banamè, il s’agit de l’Eglise Catholique de Jésus-Christ, celle qu’il a créée, depuis 2000 ans et que la mafia romaine a prise en otage, depuis toujours, et qu’à Banamè, il s’agit, bel et bien, du Père de Jésus-Christ, Qui est venu, non pas pour détruire l’œuvre de son fils, mais pour la restaurer et l’anoblir.

Le Gouvernement serait resté dans la norme de ses prérogatives s’il n’est pas allé jusqu’à vouloir statuer sur le type d’accoutrement des consacrés de Banamè. Cela n’est pas du ressort du politique.

Dans cet élan, le Gouvernement pourrait être amené à définir aux vodounons, aux évangéliques, aux musulmans, aux christianistes célestes, aux protestants et aux autres confessions religieuses leur type d’accoutrement, et leur mode de culte. Ce droit constitutionnel de liberté de religion aurait été compromis.

Le Gouvernement ferait preuve de justice en veillant sur les droits de tout fidèle de Banamè, comme il a le devoir régalien de veiller aux droits de tout citoyen.

Malgré la rencontre des dignitaires de Banamè avec la délégation gouvernementale, les exactions ont continué, de la part des catholiques romains. Banamè ploie encore sous le poids de l’injustice gratuite. Pour cas, nous citons le Révérend Père Luc Amonlo et cinq de nos fidèles, qui croupissent en détention arbitraire, à la prison civile d’Abomey. C’est le cas aussi du passage à tabac de nos prêtres et fidèles à Abomey, alors même que la Commission interministérielle était en pourparlers avec les acteurs de la Mission de Banamè.

Jusqu’ici, les fidèles de Banamè n’ont jamais cédé aux provocations, malgré qu’ils aient toujours été sujets aux agressions verbales, morales et, souvent physiques. Mais, quand viendra à bout leur patience, ils se défendront, au nom de la légitime défense, dans toutes les agressions. Que Banamè ne soit alors pas incriminé, en ces moments-là. Ceci tient lieu d’avertissement aux agresseurs.

Banamè veut bien croire que la démarche qui a conduit la délégation gouvernementale à venir s’informer du fondement des accusations gratuites, à son encontre, s’inscrit dans une logique de recherche de la justice et de la paix sociale. Mais, malheureusement, les déclarations récentes du Chef de l’Etat, à Dassa, contraires à cette logique, laissent Banamè perplexe.

Dans tous les cas, Banamè œuvre pour l’avènement d’un monde épris de paix, de justice sociale car, à Banamè, c’est l’évidence de l’existence absolue de la Sagesse incarnée.   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire