L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

lundi 10 mars 2014

Entretien avec Kim Azas, un artiste Daagbovi

« […]Banamè, c’est la vérité, et je serai toujours derrière Banamè jusqu’à la fin de ma vie »

Nous l’avons rencontré en novembre 2013 sur la Sainte Colline de Sovidji. De son vrai nom, Joachim Azagba, Kim Azas, artiste béninois du reggae, vivant en Allemagne, est un vrai Daagbovi. A travers cette interview, il révèle toute la force et la joie de son appartenance à la Mission de Banamè.

Kim Azas

Marcel Kpogodo : Bonjour Kim Azas. Vous êtes un artiste béninois vivant en Allemagne. Aujourd’hui, nous vous trouvons sur la Sainte Colline de Sovidji, à la fin des cinq jours de manifestations, du 13 au 17 novembre 2013, de commémoration de la naissance de la sœur Parfaite en qui Dieu a pris chair. Nous sommes un peu surpris de vous voir sur les lieux, sous la cathédrale de Sovidji. Pouvez-vous nous dire ce que vous êtes venu faire ici ?

Kim Azas : Ce que je suis venu faire, c’est juste pour saluer, parce que, pour moi, Sovidji, c’est une colline sainte, c’est une colline sur laquelle, quand tout homme vivant sur cette terre y arrive, il est sauvé. Je me rappelle la première fois quand je suis venu à Sovidji et que je suis reparti en Allemagne, il y a un ami qui se dit mystique, qui m’avait rencontré et qui m’a dit : « J’ai senti qu’il y a quelque chose qui s’est détaché de ta vie ». Je lui demande : « Comment ? » Il me dit : « Je vois qu’il y a même un ange qui est toujours derrière toi ».
Donc, déjà, à partir de là, je me suis dit que c’était mon arrivée à Sovidji qui a fait que tout s’était détaché de moi, tout ce que les sorciers ont attaché sur mon corps a été détaché et, en même temps, je suis devenu aussi une autre personne qui est protégée. Donc, chaque année, je ne manque jamais à ce pèlerinage, je viens toujours sur Sovidji pour sauver ma vie et sauver la vie de mes enfants, car, eux, ils sont en Allemagne, ils y sont nés, ils n’ont jamais eu la chance de venir au Bénin. Donc, quand j’arrive, je prie pour eux, je demande des messes, et je trouve que mon arrivée à Sovidji m’a toujours sauvé, m’a toujours donné la chance et m’a toujours donné la lumière de vivre vraiment en Dieu, l’Esprit-Saint Qui a pris chair dans Parfaite.


On constate donc que vous êtes un fidèle convaincu de la Mission de Banamè, qui a cours depuis 2009. Qu’est-ce qui vous a amené à développer cette foi, alors que beaucoup de Béninois, jusqu’à maintenant, sont sceptiques et même critiques envers cette Mission ?

Moi, quelque part, je vais dire que, depuis mon jeune âge, j’étais initié par mes parents à la prière, c’est-à-dire l’église catholique : tous les dimanches, je devais aller à la messe, prier avant de manger ; je suis un catholique fervent. Mais, avec le temps, malgré les déboires de tout un chacun de nous, chacun ayant pris des routes, ayant connu des déboires, je me retrouve toujours devant ma prière, parce que je dois prier toujours avant de dormir ; quand je me réveille, je demande toujours à Dieu de me protéger. Donc, moi, j’ai toujours rêvé de rencontrer Dieu avant de quitter cette terre et, j’ai toujours prié aussi, en Allemagne : « Envoie un messager pour venir sauver le Bénin » car, quand j’arrivais à l’aéroport du Bénin, à Cotonou, je sentais toujours une peur. J’ai toujours demandé à Dieu : « Ce pays est hanté, envoie un messager pour venir le sauver ». Et, à ma grande surprise, mes frères et sœurs m’ont montré une vidéo en me disant que Dieu a pris chair parmi nous. C’est à partir de ce moment que je me suis dit, n’étant pas un partisan ni un fanatique de Daagbo mais son enfant, que c’est Dieu Lui-même Qui a pris chair parce que, ceux qui ont le deuxième œil, quand ils viennent sur la Colline de Banamè, ils ne trouvent pas Parfaite, ils ne trouvent pas la femme, ils trouvent le Dieu, le Tout-puissant, Celui Qui a créé le ciel et la terre ; il y en a d’autres même qui trouvent Parfaite mais qui n’a pas pieds sur terre, quand Dieu Esprit-Saint prend chair en Parfaite, on voit que Dieu Esprit-Saint n’a pas Son pied par terre.
Donc, c’est grâce à un céleste que nous, nous avons su que Banamè est abrité par notre Dieu ; il y est parti, il a vu que Dieu Esprit-Saint a vraiment pris chair, parce qu’il ne voyait pas son pied par terre. C’est là qu’il s’est déshabillé, il a laissé son habit au Secrétariat et il est venu ici, à Cotonou, pour nous informer que Dieu est venu à Banamè et que, lui, il n’était plus céleste à partir de ce jour-là, il est devenu catholique universel de Banamè.
C’est à partir de là et, avec les vidéos que mes frères m’ont montrées ici que j’ai pris vraiment conscience de la situation et je me suis dit : « Dieu a pris chair, il faut que j’y aille. » Je suis parti, j’ai vu et, je suis convaincu aujourd’hui que Dieu a vraiment chair.
J’exhorte aussi tous mes frères et sœurs qui, jusqu’à présent, n’ont pas su que Dieu a pris chair, de s’approcher, de s’approcher de la Colline, car c’est un cadeau du ciel, car Dieu a toujours aimé le Bénin. Si le Bénin est toujours un pays très très calme jusqu’à présent, c’est grâce à Dieu. Et, aujourd’hui, Dieu a pris vraiment chair, c’est une chance pour nous. L’essentiel n’est pas de rester à la maison et de critiquer ; l’essentiel, c’est de s’approcher et de regarder qu’est-ce qu’on fait à Banamè. Il n’y a pas de rituel qu’on fait, on fait la messe, la messe que Jésus-Christ même a instaurée avant de quitter cette terre, elle se passe sur Banamè. Donc, il n’y a pas un changement. Et, si, aujourd’hui, l’église catholique romaine a tout changé et qu’elle est en train d’embêter ou d’embrouiller tout ce qui se passe à Banamè, c’est une grosse erreur, car elle l’a déjà fait à Saint Pierre, en le clouant sur la croix à l’envers. Donc, les choses ont déjà commencé il y a très longtemps et, si, aujourd’hui, elle continue à parler mal de Banamè, ce n’est pas une chose nouvelle pour moi, parce que je sais que cette église a déjà choisi son camp, celui de Belzébul.


Depuis combien de temps êtes-vous membre de la Mission de Banamè ?

J’ai commencé en 2010. J’étais arrivé ici, au Bénin, pour m’installer en même temps que mon studio d’enregistrement, en 2008-2009 ; je n’ai pas connu Daagbo, je suis reparti en Allemagne. Je suis revenu en 2010 et j’ai appris que Daagbo était à Banamè.
Moi, ma vie a complètement changé, parce que si je vois un sorcier aujourd’hui, je n’ai même plus peur, je n’ai plus peur de rien, je n’ai même plus peur de nos forces occultes, car j’ai mis fin à cette vie, je leur ai dit : « Je ne suis plus de vous, votre camp, j’appartiens à Jésus-Christ. »
Donc, depuis que je me suis converti aussi en Allemagne et que j’ai retrouvé le Dieu Tout-puissant, ma vie a complètement changé, je me retrouve en forme et je n’ai pas de peur, mon argent reste dans ma poche, tout ce que je fais fleurit ; je dis : Dieu a pris chair parmi nous et Dieu Esprit-Saint Daagbo a toujours dit quelque chose, « Je suis un Dieu d’amour, de miséricorde et d’humilité donc, quiconque croit en Moi aura la vie éternelle. » Ce Dieu est venu et il a dit : « Je suis Amour, si vous me prenez, vous allez me manger jusqu’à être complètement enivré d’amour. »
Les gens n’ont qu’à comprendre une chose : allez vers Banamè, parce que tout ce que dit l’église catholique romaine, elle est en train d’embrouiller le peuple, ses membres savent qu’ils sont des fonctionnaires et que dès qu’ils ne trouveront plus à manger, ils seront affamés ; c’est pour ça qu’ils sont en train d’intimider tout le peuple.
Moi, je m’appelle Kim Azas, je suis artiste béninois de la diaspora, et je dis une chose : Banamè, c’est la vérité, et je serai toujours derrière Banamè jusqu’à la fin de ma vie. Amen.    


Comment un artiste musicien comme vous a pu cultiver une telle conviction ?

Comme je le disais, depuis mon enfance, j étais baptisé à l’église catholique et j’ai suivi tout le processus jusqu’à la communion ; j’étais un enfant du Christ depuis mon enfance. Donc, pour moi, la musique était arrivée dans mon jeune âge, je l’aimais comme tout autre aime le football. Si la musique est arrivée, cela ne veut pas dire que j’allais laisser ma conviction religieuse que j’ai gardée pendant longtemps, surtout que j’avais eu la chance de rencontrer quelqu’un à Houègbo qui était aussi un croyant ; on a vécu ensemble, il m’a donné le goût de la prière.
Depuis ce moment, c’est-à-dire, dans les années 1978-1979, j’étais toujours en Christ ; la musique est arrivée et elle n’a pas enlevé cette foi en moi, j’ai toujours continué à prier, je continue à vivre ma voix spirituelle.


En Allemagne, comment cela se passe par rapport à la Mission de Banamè. Vos compatriotes et même les Allemands, l’acceptent-ils ?

Les Allemands, ils se disent toujours que Kim Azas est en train de rêver. Même mes enfants qui sont nés en Allemagne, ils se demandent ce qui ne va pas avec leur père, ils disent que je suis en train de prendre un chemin qu’ils ne comprennent pas, et je leur dis que c’est Dieu Esprit-Saint Qui est arrivé. Quand je leur rapporte de l’huile sainte et du sel béni, ils demandent ce que c’est et je leur réponds que c’est pour les protéger. Donc, tous les amis que je rencontre en Allemagne, que je regroupe et à qui j’envoie des informations, ils ne réagissent pas parce qu’ils écoutent toute la propagande que fait le Vatican sur Banamè ; jusqu’à présent, la seule personne qui a pu accepter Banamè, c’est Fanick Marie-Verger, dit Fôô Fanick. En suivant la vidéo de Dieu Esprit-Saint, il a reçu Sa lumière et assure que le jour où il rentrera au Bénin, il ira à Banamè, avant même d’aller chez des amis. Jusqu’à maintenant, Fôô Fanick est la seule personne de mon entourage en Allemagne qui croit que Dieu Esprit-Saint a pris chair à Banamè. 


Avez-vous un appel ?

Mon appel, c’est que j’exhorte mes frères et sœurs croyants à se rapprocher de Banamè, parce que Dieu Esprit-Saint ne cherche pas des adeptes ; Il dit que le musulman, le christianiste céleste, le vodouiste, tous sont ses enfants et que, quelles qu’en soient les circonstances, où que nous soyons, un jour, nous allons tous revenir à Banamè pour nous incliner devant le Dieu Créateur du ciel et de la terre. Donc, Il est en train de préparer le terrain pour tous les croyants dans le monde entier. Il a aussi dit que le Dieu Tout-puissant a pris chair et qu’on doit laisser tout ce qu’on faisait un peu et qui n’allait pas dans le sens du Christ, le vrai Christ, Jésus-Christ.
Tout ce que je demande, c’est que tout le monde sache quelque chose : quoi qu’en soient les circonstances, demain, c’est Banamè qui sera la place où nous irons tous nous incliner, où nous ferons nos pèlerinages. Donc, à présent, j’exhorte tous mes frères et sœurs à aller vers Banamè et à chercher à assister une fois à la messe pour voir si c’est une autre qu’on y dit ou si c’en est la vraie, la même messe catholique. Et, Dieu Esprit-Saint instaure une église où les prêtres ne seront plus des sorciers, des francs-maçons, des rosicruciens ; c’est contre tout cela qu’Il est en train de se battre. Si cela dérange certains, je peux bien comprendre, mais la vérité se trouve à Banamè. Donc, quelle que soit la religion à laquelle tu appartiens, approche-toi de Banamè et tu verras que Dieu est là, c’est là que tu vas te retrouver pour t’en sortir ; tous les problèmes que tu as trouvent leur solution à Banamè.




Propos recueillis par Marcel Kpogodo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire