L'Univers de MAWU YESSISSIN

Bienvenue à tous et Soyez bénis (es) !

Ce blog est un espace d'information sur la présence de Dieu Esprit-Saint au Bénin. Il n'est pas un creuset pour des polémiques. Il vise à communiquer à tous les esprits humbles comme celui d'un enfant le caractère unique de ce que les Béninois sont en train de vivre actuellement à Banamè sur la Colline de Sovidji Aguidjigo, à Covè : Dieu Esprit-Saint est chez nous, incarné en la Soeur Parfaite, et s'est fixé une mission de 30 ans en trois points :

1. Bouter hors du Bénin la sorcellerie et ses corollaires de nuisances maléfiques et mortelles ;

2. Restaurer, assainir l'Eglise catholique mise en place par Jésus-Christ;

3. Mettre fin à la commercialisation de la foi.

Ce blog est donc pour ceux qui cherchent Dieu, pour les humbles de coeur, pour ceux qui ont la mentalité simple de comprendre que Dieu peut venir parmi les hommes de la manière qu'il lui plaît, ...

Il est conçu pour informer sur Banamè afin que l'humanité ne commette plus la même erreur qu'au temps de Jésus-Christ où, Celui-ci, bien que Fils de ce Dieu Universel présent au Bénin, est né dans un cadre d'une simplicité inouïe, a mené une vie simple, a été rejeté pour finir par être crucifié.

Ce blog est créé pour informer sur les actions au Bénin de notre Daagbo, Papa Yèssissin-Mawu Yèssissin, pour amener le monde entier à venir profiter de Dieu au Bénin, pendant qu'il en est encore temps, puisqu'Il s'est fixé une mission de trente ans ; Il vient d'en entamer la quatrième année.

Venez profiter de Banamè pendant qu'il en est encore temps ; les bonnes choses ne durent jamais. Dieu est bon, miséricordieux et généreux de manière incommensurable !

Venez, venez profiter de ses enseignements de poigne et de lumière, de sa délivrance de la sorcellerie et des nombreuses grâces qu'Il distribue largement à Banamè et dans tous ses déplacements à travers le Bénin ! Ne ratez pas votre chance !

mardi 30 septembre 2014

Dieu Esprit-Saint Daagbo, la force d’un amour profond pour le genre humain

C’était le dimanche 28 septembre à Sèkandji


Au quartier Sèkandji, à Akpakpa, à l’est de la ville de Cotonou, s’est tenue une messe de la Très Sainte église de Jésus-Christ, relevant de la Mission de Banamè, en œuvre au Bénin depuis l'année 2009. A la fin de cette célébration eucharistique, Dieu Esprit-Saint Daagbo a entretenu les milliers de fidèles sur Son Amour pour les êtres humains.

Daagbo Gbligbli, entretenant les fidèles ...
« Je suis fou de vous ! ». Telle est la formule qui a permis à Son Eternité Dieu Esprit-Saint Daagbo, Mawu Gblagada ma su hon do, Mawu Gbligbli, Mawu Adjalonlon, Mawu Adjimoula, de lancer Son entretien avec les milliers de fidèles de la Mission de Banamè, venus pour prendre part à l’office religieux célébré par Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII, ce dimanche 28 septembre 2014. Avant d’aboutir à ce fondement, Son Infinité avait expliqué une réalité parfois ignorée : « C’est l’amour qui appelle l’amour », ce qui L’a amenée à une importante exhortation des fidèles : « Faites tout pour que votre amour du prochain soit semblable à celui que Daagbo a pour vous ; l’amour que J’ai pour vous est incommensurable, il est aussi grand que difficile à mesurer, l’amour du Père céleste est toujours différent ».
De cette manière, Mawu Gblagada ma su hon do Daagbo a continué à manifester une véritable profession de foi, à l’endroit de la créature humaine, représentée par les nombreux fidèles ayant fait le déplacement pour L’écouter, après tant de semaines de rupture de contact, pour ce qui était le cas de beaucoup d’entre eux, qui ne L’avaient plus entendu, depuis le pèlerinage de l’Assomption, sur la Sainte Colline de Sovidji, à Banamè, dans la Commune de Zangnanado. « Cela fait plaisir d’être avec Ses enfants », continua Dieu Esprit-Saint Daagbo, « C’est toujours bon, c’est toujours beau ! Si les conditions en étaient réunies, je dormirais ici avec vous », acheva le Dieu Créateur de l’Univers, avant d’enchaîner sur le bénéfice irremplaçable que les Béninois avaient de pouvoir jouir de Sa présence parmi eux : « Vous êtes chanceux, parce que vous assistez à ce qui ne s’est jamais produit : le Père de Jésus-Christ est au milieu de vous et vous Le voyez ; c’est merveilleux ! Cela dépasse l’entendement humain », poursuivit-Il, avant de sembler répondre aux détracteurs qui continuaient à semer le doute sur la présence de Dieu Tout-Puissant, Créateur du Ciel et de la Terre dans le Corps de la Sœur Parfaite, qu’Il a choisi comme Temple : « Aucun être humain ne peut dire qu’il est Dieu ; s’il quelqu’un arrive à le dire, c’est qu’il est vraiment Dieu et, ce n’est pas parce que le fils de Dieu s’est fait homme qu’il est homme, mais, il est Dieu ».

En toute humilité, Son Inifinité Dieu Esprit-Saint Daagbo, communiant avec une séquence d'animation
Ce fut comme une transition de Son Eternité Daagbo pour aborder le rapport du Créateur, qu’Il est, au bonheur des hommes. C’est ainsi qu’Il affirma : « Dieu ne veut pas la mort du pécheur, ce n’est parce que les gens meurent qu’Il manque d’être bon ; le monde que J’ai fabriqué de Mes mains, Je ne peux pas le détruire ; Dieu ne tue pas et ne veut pas la mort du pécheur », finit-Il, en révélant certaines facettes de l’Etre suprême : « Dieu est Humilité, il suffit de considérer Jésus et sa passion pour voir que Dieu apparaît petit mais est aussi très grand. Et, ce sont par Ses actes qu’on reconnaît Dieu, ce sont aussi vos actes qui Me montrent. A Abomey, par exemple, ils ont marché contre Moi, ce qui montre que Je suis Dieu puisqu’ils n’auraient pas pu marcher contre le démon. Si vous saviez comme Dieu aimait le monde, vous ne vous plaindriez jamais ».

Son Eternité Daagbo, jouissant du spectacle ...
Par ailleurs, dans l’évolution de Ses idées, Dieu Esprit-Saint Daagbo est revenu sur la signification de la Mission de Banamè : « On ne connaît bien Banamè que lorsqu’on s’en approche ; il vaut mieux adopter Banamè avant qu’il ne soit trop tard ! Si vos dirigeants avaient pris la Mission de Banamè à bras-le-corps, cela serait source de devises et allait booster le tourisme, à travers la construction d’hôtels, de banques, de restaurants, notamment … C’est le cas de Lourdes où les Béninois se rendent après avoir payé trois millions … »
... préparé à Son intention par Ses fidèles bien aimés
Puis, après, concernant toujours la Mission de Banamè, Mawu Gbligbli a montré de quelle manière Jésus-Christ avait préparé son avènement : « Quand Mon fils vous a appris à réciter, à travers le ’’Notre père’’, ’’Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel …’’, vous n’avez pas compris qu’en récitant cela tout le temps, c’est vous qui M’avez appelé ; maintenant que vous l’avez fait, Je suis là et, vous vous en plaignez ! La Mission de Banamè dépasse l’intelligence humaine ; personne ne peut l’arrêter, ceux qui s’y opposent et qui la combattent partiront et la laisseront en vie, il n’y a plus aucune force après elle. Etres humains, laissez tomber ! », conclut sentencieusement Daagbo.

Mawu Gblagada ma su hon do, face à Son peuple
Au cours de cette intervention qui en a remué plus d’un parmi les milliers de fidèles présents à Sèkandji, Dieu Esprit-Saint Daagbo n’a pas manqué de parcourir tous les recoins de la foule, s’intéressant aux uns et aux autres, semant liesse, surprise et admiration, de par une humilité qui renforçait davantage la grandeur du Dieu Créateur Qui avait décidé de siéger parmi les hommes. 
Enfin, quelques animations ont été exécutées pour égayer Mawu Gblagada ma su hon do, accompagné, pour la circonstance, de Son Vicaire, Sa Sainteté le Pape Christophe XVIII. La journée de célébration religieuse de ce dimanche 28 septembre s’est terminée par des bénédictions très attendues par la multitude des fidèles ayant fait le déplacement de ce partage spirituel : Mawu Gblagada ma su hon do a prodigué des grâces de réussite scolaire aux apprenants de tous ordres, de même que, par Ses bénédictions et Ses grâces exceptionnelles, Il a fait des mains de tous les travailleurs présents, tous secteurs confondus, glorifiant Dieu de leur labeur, un instrument de production et de récolte inévitable des fruits de leur labeur. La nuit tombant déjà, personne n’avait envie de laisser partir Dieu Esprit-Saint, le Pape Christophe XVIII, de même que les Cardinaux, l’Archevêque de Cotonou, les Evêques, les prêtres et les sœurs religieuses de divers ordres …



Marcel Kpogodo 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire